N’ayant pas respecté les principes sacrés de la ’’danse d’Umurisho w’ingoma’’, le ministre chargé de la Culture et de la Jeunesse a suspendu le festival Buja Sans Tabou organisé depuis le 7 février. Arguments avancés : protéger ce patrimoine culturel burundais.

A l’occasion du festival Buja Sans Tabou, les tambourinaires du club culturel Amagaba ont joué au tambour sans le port de leur tenue traditionnelle habituelle du tambourinaire burundais.
Ces artistes portaient des costumes : veste, chemise cravate et souliers. C’était dans l’après-midi de ce 8 février 2022. Leurs images ont fait le buzz sur les réseaux sociaux et suscité de nombreuses réactions dans des groupes WhatsApp et sur Twitter.

Les commentaires sont allés dans tous les sens. Il y en a qui y trouve de l’innovation, de la créativité, de l’imagination foisonnante, d’une certaine touche citadine, d’une évolution arguant que feu président Nkurunziza a battu le tambour en costume

Mais c’est au moment où d’autres internautes parlent carrément de sacrilège. « C’est une désacralisation ce n’est pas du sans tabou. Il faut plus de balises en ce qui concerne ce patrimoine immatériel de l’UNESCO », a réagi un internaute.
Et un autre de renchérir : « Il faut les punir sérieusement. » Un autre internaute demande au club Amagaba de demander plutôt pardon. Pour lui, ce club ne peut pas faire une chose pareille sachant qu’elle est contraire à la tradition burundaise.

Dénonciation sur dénonciation

Pour un autre inconditionnel de WhatsApp, c’est incompréhensible que les membres d’un club culturel jouent au tambour en costume alors que même le président de la République se met en tenue traditionnelle avant de battre le tambour. « En tout cas, ils ne pourront pas avoir des explications », ajoute un autre.

Les réactions fusent. « C’est de l’ignorance et de la désacralisation du tambour burundais. », estime un professeur d’université avisé sur la culture burundaise.

Dans l’après-midi du 8 février, le ministre chargé de la Culture décidera de suspendre immédiatement l’événement Buja Sans Tabou suite à ce ’’comportement ne respectant pas les principes sacrés de la danse emblématique, ’’Umurisho w’ingoma’’.
« Les tambourinaires se sont autorisés de s’exhiber en tenue de ville », accuse le ministre burundais chargé de la Culture et de la Jeunesse, Ezéchiel Nibigira dans une correspondance adressée au représentant de Buja Sans Tabou.
Le festival, motive encore le ministre, est suspendu dans le cadre de la protection, la préservation et la sauvegarde du patrimoine culturel burundais.

Dans son communiqué, Buja Sans Tabou a tenu présenter ses excuses au public, mais aussi aux autorités ayant dans leurs attributions la culture. « Les costumes a heurté certaines sensibilités », reconnaît l’équipe de Buja Sans Tabou.
Elle se justifie : « Cette scène de célébration d’ouverture des rideaux de la 5ème édition du festival de théâtre « Buja Sans Tabou » n’était que pour illustrer ce grand contraste d’une culture qui entre dans une autre, car en effet, cette 5e édition est avant tout une recherche sur soi aussi bien artistique que personnelle ».

Source: IWACU Burundi

By pr.web

Leave a Reply

Your email address will not be published.