Sur invitation du président kényan, Uhuru Kenyatta, le président Félix Tshisekedi de la RDC, Evariste Ndayishimiye du Burundi, Yoweri Museveni de l’Ouganda, et le ministre rwandais des Affaires Etrangères, Vincent Biruta, se sont rencontrés à Nairobi ce 21 avril 2022. Les discussions portaient sur la situation sécuritaire surtout en RDC.

Dans le souci de promouvoir la paix, la stabilité et le développement dans l’Est de la République démocratique du Congo et dans l’EAC, ces dirigeants se sont convenus sur deux voies à suivre.

Premièrement, la voie politique. Ils ont décidé de lancer un processus politique, dirigé par le président Kenyatta, afin de faciliter les consultations entre la RDC et les groupes armés locaux.

Les présidents ont rappelé qu’un dialogue consultatif entre les deux parties doit avoir lieu dans les meilleurs délais. Sur ce, dès ce vendredi, Félix Tshisekedi présidera une réunion consultative.

Chasser les groupes armés étrangers

La deuxième voie est militaire. Il a été décidé un déploiement urgent d’une force régionale pour aider à contenir et, si nécessaire, combattre les forces négatives. « Sa planification commence avec effet immédiat avec la pleine consultation des autorités compétentes de la région ».

Pour la mise en œuvre de ces deux voies, ces leaders ont ordonné que tous les groupes armés en RDC participent inconditionnellement à ce processus. « A défaut, ils seront considérés comme des forces négatives.» De plus, les groupes armés étrangers doivent être désarmés et rapatriés sans conditions dans leurs pays d’origine.

Les présidents ont souhaité que la mise en place de cette force régionale de lutte contre les forces négatives commence immédiatement et sous la direction de la RDC.

Selon les conclusions de cette rencontre, un secrétariat doit être formé pour surveiller la mise en œuvre des accords conclus. Le secrétariat sera administré par l’Envoyé spécial au Cabinet du président de la RDC et l’Envoyé spécial au Cabinet du Président du Kenya avec la participation de représentants des bureaux exécutifs des autres chefs d’Etat de l’EAC.

Après ces discussions, ces leaders ont invité les autres dirigeants de l’EAC à se joindre à eux et à participer aux futures séances. Ils ont décidé de se rencontrer d’ici un mois pour évaluer l’avancement de la mise en œuvre des travaux.

De retour au pays dans la soirée, le président Evariste Ndayishimiye a appelé les Burundais vivant à l’Est de la RDC comme ceux qui sont à l’extérieur du pays à rejoindre leur patrie. « Criminels ou non, ils seront traités comme les enfants du pays ».


Source: IWACU Burundi

By pr.web

Leave a Reply

Your email address will not be published.