Désormais et c’est officiel, les motos, les vélos et les tuk-tuk n’auront plus le droit de franchir le pont Kamesa, la zone Musaga et le quartier Gasekebuye. Telle est leur nouvelle délimitation dans le secteur Sud en mairie de Bujumbura adoptée ce 23 février par la mairie.

Dans le secteur Nord, les motos-taxis, les vélos-taxis et les tuk-tuk ne dépasseront pas la rivière Gasenyi, le rond-point dit Chanic et le château d’eau situé à Mutanga-Nord.

Certains administratifs présents lors de la présentation de ce plan de délimitation n’ont pas caché leurs inquiétudes. D’après eux, cette délimitation vient tout simplement chasser ces moyens de transport.
Evelyne Nininahazwe, chef de zone Cibitoke a levé son petit doigt pour demander la parole : « Comme vous l’avez dit, nous sommes des administrateurs responsables, mais si on regarde bien ce plan de délimitation, les motos, les vélos auront un très petit périmètre de travail.

Cet administratif à la base a donné quelques suggestions : « Moi, je proposerais de la rigueur en matière de sécurité, sinon, avec ce plan de délimitation, il n’y aura plus de motos ni de vélos ».

Le ministre burundais de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique, Gervais Ndirakobuca est formel : « Pas de motos, ni de vélos, encore moins de tuk-tuk dans la zone délimitée, sauf les motos de la Police ou celles immatriculées avec des plaques publiques ».

Le Gervais Ndirakobuca semble avoir senti une certaine perplexité : « Pourquoi êtes-vous désespérés ? Dès demain, commencez à faire des sensibilisations, vous avez jusqu’au 10 mars et dès le 11 mars, ça sera un certain jeudi, on ne veut plus voir ces moyens de transport et même ceux des sociétés privées. Celui qui osera violer cette mesure qu’il sache qu’il aura franchi la ligne rouge », a-t-il averti.

D’après le maire de la ville de Bujumbura, Jimmy Hatungimana, ces moyens de transport sont l’une des causes de l’insécurité en mairie de Bujumbura.

D’après la police de la protection civile, de janvier 2021 à janvier 2022, les accidents de la route répertoriés ont fait 130 morts et 1.970 blessés. L’implication des motos, des vélos et des tuk-tuk n’est pas précisée.

Après avoir adopté ce plan de délimitation, le ministère de l’Intérieur a demandé à la mairie de Bujumbura de réaménager les parkings et d’installer des signaux servant de délimitation.

Source: IWACU Burundi

By pr.web

Leave a Reply

Your email address will not be published.