Isaac Bamporubusa, un ancien militaire, est introuvable depuis le 30 décembre 2021. Le 15 décembre 2021, il a été rapatrié du Rwanda par le HCR. Il avait fui le pays en 2017 à cause des menaces qui pesaient sur lui. Sa famille est inquiète pour sa sécurité.

« Nous n’avons plus de nouvelles de lui depuis le jour de son enlèvement », confie un proche d’Isaac Bamporubusa, porté disparu depuis le 30 décembre 2021. Selon sa famille, ils ont cherché dans tous les cachots sans le trouver. « Des gens qui se font passer pour des agents du Service national de renseignements continuent de téléphoner aux membres de notre famille. Ils disent qu’ils savent où Isaac est incarcéré. Mais c’est faux». Les proches d’Isaac indiquent qu’ils ont été rançonnés à plusieurs reprises : « On est désespéré. On ne sait plus quoi faire. » La famille demande aux autorités de leur dire où est Isaac Bamporubusa : « S’il est accusé de quelque chose, il faut qu’il soit déféré devant la Justice. A ce que nous savons, la peine de mort n’existe plus au Burundi. »

Ce père de 4 enfants, la quarantaine et ancien militaire des Forces armées burundaises (Ex-Fab) était revenu du Rwanda le 15 décembre 2021. Il avait fui en 2017. « Il nous disait qu’il a envie de rentrer car le gouvernement invite les gens à regagner leur patrie. Il nous disait qu’il ne s’accuse de rien. Il disait qu’il n’a pas peur. Il en avait marre d’être un réfugié. Il ne s’attendait pas à ce qui lui est arrivé », raconte un proche. « Nous avons essayé de le persuader d’abandonner ce projet mais il nous a répondu qu’il a déjà pris sa décision », confie un autre membre de la famille d’Isaac. Des proches racontent qu’il avait même été enlevé au Rwanda par des gens inconnus : « On le soupçonnait d’être un espion du Burundi. On a passé deux mois sans nouvelles de lui. Peut-être qu’il n’était pas en sécurité au Rwanda. 

L’enlèvement

Selon ses proches, il est arrivé dans sa famille au chef-lieu de la province Gitega le 17 décembre 2021. Le 29 décembre dernier, il est descendu sur Bujumbura pour faire changer son permis de conduire car il a un permis de conduire rwandais.

Un témoin raconte : « On était en train de partager un verre à l’avenue de l’Amitié. C’était aux environs de 13h. Il tombait une fine pluie. Un homme en civil et qui portait un masque est venu. Il a salué Isaac et il lui proposé d’aller discuter à l’extérieur. Même son verre est resté là où nous étions assis. Nous avons attendu qu’il revienne en vain. » Ce témoin assure qu’il ne connaît pas l’identité des ravisseurs. Même sa famille raconte qu’elle ne sait pas qui a kidnappé Isaac Bamporubusa : « Est-ce qu’il a été arrêté par les renseignements militaires, le SNR, la police ? On n’en sait rien. C’est traumatisant. » Certains proches d’Isaac pensent qu’il a été « vendu » par les personnes avec qui il était. « Nous voulons la vérité. Si le gouvernement demande aux réfugiés de rentrer, il ne faut pas qu’ils soient enlevés à leur arrivée».

Isaac Bamporubusa a été désigné chauffeur du ministre de la Défense, Emmanuel Ntahomvukiye, en 2016. « Cela n’a pas plu à certains soldats issus surtout de l’ancienne rébellion du FDD. Ils ont alors commencé à propager des fausses informations. Qu’il est contre le pouvoir. Il répondait qu’il est tout le temps avec le ministre. Qu’il n’est pas impliqué dans quoi que ce soit », confie un ancien collègue d’Isaac. Il soutient que les menaces sont devenues incessantes et il a préféré fuir le pays : « Sa vie était menacée. Il a été même emprisonné mais on l’a relâché par après parce qu’il était innocent. »

« Les réfugiés doivent faire attention »

C’est vraiment trop triste et bouleversant de voir un gouvernement qui fait un appel fourbe et tartuffe à l’égard des réfugiés burundais quitte à être exécutés sommairement dès leur retour », réagit Me Gustave Niyonzima, défenseur des droits de l’Homme. Via cet appel, poursuit-il, le gouvernement affiche une politique pour prouver aux bailleurs occidentaux qu’il y a une accalmie alors que la réalité est toute autre. « La réalité est qu’il y a toujours des violations massives des droits de l’homme où des cas des assassinats ciblés, de disparitions forcées et de tortures atroces se sont accrus davantage. Que tous ces réfugiés se ressaisissent et ne tendent plus la main aux appels insidieux du gouvernement quant à leur retour au bercail». Et d’ajouter que la communauté tant nationale qu’internationale en tire la conclusion que la situation des droits de l’Homme demeure « délétère » au Burundi.

Gustave Niyonzima indique qu’il y a un autre cas d’un rapatrié du Rwanda qui est porté disparu depuis le 1er janvier 2022 en province Ngozi. Il s’agit, selon lui, d’un certain Pascal Coyitungiye.

« Isaac Bamporubusa a été enlevé un jour après la conférence publique du président Evariste Ndayishimiye qui avait reconnu pour la première fois l’existence des enlèvements et l’implication de certains membres des corps de défense et de sécurité dans ces enlèvements », relève un autre défenseur des droits humains. « Il avait promis de lutter sérieusement contre les groupes « terroristes » qui enlèvent des gens». Cet activiste estime que c’est le moment pour le président Ndayishimiye de joindre l’acte à la parole : « Une enquête s’impose sur cet enlèvement et des sanctions contre les auteurs. L’enlèvement d’Isaac Bamporubusa clôture une série de plusieurs enlèvements et disparitions qui ont marqué l’année 2021. Une sanction sévère des auteurs de cet enlèvement donnerait l’espoir sur 2022.»

Certaines sources indiquent qu’Isaac Bamporubusa aurait été a arrêté par des éléments du renseignement militaire. Interrogé, le porte-parole de l’armée, colonel Floribert Biyereke, indique qu’il n’était pas au courant de ce cas. Il fait savoir qu’il va mener des investigations.


Source: IWACU Burundi

By pr.web

Leave a Reply

Your email address will not be published.