Ouganda : Vers le retrait des troupes en République démocratique du Congo

L’armée ougandaise a annoncé le retrait de ses troupes de la RDC dans les deux prochaines semaines, selon The East African. Le gouvernement du président ougandais Yoweri Museveni a envoyé des centaines de soldats dans l’Est de la RDC en décembre dernier pour rejoindre l’armée congolaise dans les combats contre les bases des forces démocratiques alliées (ADF).

« L’opération Shujaa cessera officiellement dans environ 2 semaines selon notre accord initial », a annoncé le commandant des forces terrestres ougandaises Muhoozi Kainerugaba sur son compte twitter.

« Cela devait durer 6 mois. A moins que je reçoive d’autres instructions de notre commandant en chef, je retirerai toutes nos troupes de la RDC dans 2 semaines », a-t-il insisté. Néanmoins, aucune raison n’a été donnée pour le retrait prévu de l’Ouganda ou une mise à jour sur l’état de l’opération contre les ADF.

Le déploiement par l’Ouganda d’au moins 1 700 soldats constituait la plus grande intervention étrangère en RDC depuis plus d’une décennie, en dehors d’une opération de maintien de la paix des Nations Unies, écrit nos confrères de The East African.

Le président Tshisekedi en visite au Burundi ce 21 mai

Le président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi est depuis ce samedi en visite de trois jours au Burundi. Selon les informations recueillies par Actualité.Cd, sur leur agenda, il y a des échanges sur le processus de paix entamé à Nairobi, c’est en rapporta avec la lutte contre les groupes armés burundais actifs dans l’Est de la RDC et sur plusieurs autres questions d’ordre bilatéral.

Pour rappel, Félix Tshisekedi et Evariste Ndayishimiye avaient signé, en 2021, un mémorandum d’entente pour la construction du chemin de fer qui va relier la capitale politique du Burundi à Kindu en passant par Bujumbura, Uvira, Bukavu, Kamituga.

Selon ce quotidien congolais Actualité.Cd, les deux pays se sont rapprochés davantage depuis près d’un an. Pour Kinshasa, Gitega est un enjeu majeur dans les relations assez délicates de Félix Tshisekedi en même temps avec Yoweri Museveni et Paul Kagame. Evariste Ndayishimiye a un rôle à jouer dans la nouvelle dynamique de recherche de la paix dans la sous-région.

Accord entre le Royaume-Uni et le Rwanda : Les demandeurs d’asile arriveront à Kigali dans « quelques semaines »

Le premier groupe de demandeurs d’asile envoyés au Rwanda depuis le Royaume-Uni dans le cadre d’un nouvel accord controversé arrivera probablement « dans les prochaines semaines », ont déclaré ce 19 mai les responsables à Kigali.

Depuis son annonce le mois dernier, l’accord permettant à la Grande-Bretagne d’envoyer des migrants et des demandeurs d’asile au Rwanda a suscité de critiques de la part de groupes de défense des droits humains, de personnalités de l’opposition dans les deux pays et même des Nations Unies, écrit The East African.

« Le Royaume-Uni nous a informés que le 1er groupe d’environ 50 personnes seront relocalisés, et nous attendons à entendre bientôt de la part de nos partenaires britanniques quand ils arriveront, probablement dans les prochaines semaines », a révélé Alain Mukuralinda, porte-parole adjoint du gouvernement rwandais ce jeudi. Yolande Makolo, porte-parole du gouvernement, a confirmé que les « migrants étaient susceptibles d’arriver dans les prochaines semaines ».

Selon les autorités rwandaises, écrit The East African, le gouvernement britannique va octroyer jusqu’à 157 millions de dollars à Kigali et les migrants seront « intégrés dans les communautés à travers le pays ».

Les propositions de relocalisation de dizaines de milliers de personnes dans les années à venir, qui pourraient être contestées devant les tribunaux britanniques, ont été qualifiées d’« inhumaines » par des groupes de défense des droits humains.

RDC : 10 jours de manifestations contre les reformes de la loi électorale

Ce 18 mai, à l’entrée du palais des congrès à Kinshasa, des organisations œuvrant dans la défense des droits des femmes, des jeunes et des personnes à mobilité réduite ont organisé une manifestation contre les conclusions de l’Assemblée nationale sur les réformes de la loi électorale, confie Actualité.Cd.

« Nous sommes ici pour montrer notre engagement aux lois de la République et particulièrement au respect de l’article 14 de la constitution dans la réforme électorale. Ce combat, nous le menons pour nos filles, nos sœurs, nos mères, pour les générations futures », a expliqué Carine Kanku, coordonnatrice nationale de la dynamique des femmes candidates de la RDC.

Selon Annie Matundu Mbambi, présidente de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté en RDC, le sit-in a été organisé pour revendiquer l’intégration du genre dans la loi électorale en se basant sur la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies, un instrument juridique au niveau international, régional et national.

Au cours de la récente plénière de l’Assemblée Nationale sur les réformes électorales, souligne Actualité.Cd, plusieurs propositions du G13 (le regroupement de 13 personnalités) ont été rejetées.

Parmi les propositions rejetées figure la reformulation de l’article 13 de la loi électorale qui selon les organisations de droits des femmes ouvre une brèche à la non-représentativité des femmes et des personnes à mobilité réduite sur les listes des partis politiques. Ces organisations exigent la prise en compte de la parité sur les listes des partis politiques.

Tanzanie : Les infections de VIH en baisse dans le pays

Selon quotidien tanzanien Mwananchi, les infections au VIH ont chuté dans le pays, passant de 68 mille personnes en 2020 à 54 mille personnes en 2021. Ainsi, les décès liés au Sida auraient également chuté de 32 mille en 2020 à 29 mille décès l’année dernière.

« Malgré la baisse de la prévalence de la maladie, nous n’avons pas encore été à mesure d’atteindre les objectifs globaux. Pour contrôler l’épidémie, le nombre de nouvelles infections doit être inférieur au nombre de décès liés au Sida », a indiqué Leonard Maboko, directeur exécutif de la commission tanzanienne de lutte contre le Sida (TACAIDS), lors d’une réunion visant à évaluer l’état de la transmission dans le pays.

Selon lui, il y a encore beaucoup de travail à faire : « Lorsque les nouvelles infections sont moins fréquentes, nous pouvons dire que nous sommes maintenant en mesure d’éradiquer cette maladie ».

Selon le quotidien tanzanien Mwananchi, les statistiques montrent que dans les nouvelles infections en 2021, les jeunes constituent 40 % de la population infectée. Leonard Maboko regrette qu’il y ait encore peu de sensibilisation au suivi médical et diagnostique surtout pour les hommes.

Charte des utilisateurs des forums d’Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d’usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Source: IWACU Burundi

By pr.web

Leave a Reply

Your email address will not be published.