Le Burundi s’est joint au monde entier mardi 1er mars 2022 pour célébrer la journée mondiale de la protection civile, édition 2022. Le ministre de l’intérieur, du développement communautaire et de la sécurité publique Gervais Ndirakobuca a rehaussé de sa présence les activités de cette journée qui se sont déroulées à Sororezo en Mairie de Bujumbura. Le thème choisi est :”Protection civile et gestion des populations déplacées internes: Rôle des volontaires et lutte contre les pandémies”.

Dans son mot d’accueil, le Directeur général de la protection Civile Anicet Nibaruta a indiqué que cette activité est une occasion de sensibiliser le public sur les secours aux personnes, la protection de leurs biens et la sauvegarde de l’environnement en cas de catastrophes naturels.

Il a souligné que le gouvernement du Burundi a mis en place un dispositif national chargé de prévenir les risques, préserver les vies humaines et réduire sensiblement les pertes dues au choc de catastrophes. Il s’agit de la mise en place de la direction générale de la protection civile et la gestion des catastrophes qui coordonnent toute les actions, préparations et réponses aux urgences composantes et intégrantes de la politique de sécurité nationale des outils précieux du développement durable, a annoncé le directeur Générale de la protection civile Anicet Nibaruta.

Grâce aux différents appuis des partenaires au développement, le directeur général de la plate forme de la gestion des catastrophes a indiqué que cette institution a enregistré des avancées assez significatives notamment en matière de réduction des risques de catastrophes, la mise en place d’un cadre institutionnel légal, l’élaboration de la cartographie multirisque, la surveillance et l’évaluation des risques liés aux catastrophes, la prévision saisonnière météorologique , l’élaboration et la mise en œuvre des projets visant à améliorer la résilience communautaire face aux catastrophes, etc.

Dans son discours, le ministre en charge de l’intérieur, du développement communautaire et de la sécurité publique Gervais Ndirakobuca a indiqué que le Burundi a enregistré dans ces dix dernières années des effets de catastrophes naturelles comme l’inondation, les pluies torrentielles mêlées de vents violents, les glissements de terrains, la grêle, le déficit hydrique qui causent des pertes de vies humaines , des pertes matérielles, les déplacements massifs des populations, etc.
Selon le ministre, la montée des eaux du lac Tanganyika a causé le déplacement de 44 222 personnes en 2020 et 35 727 personnes en 2021 sans oublier un nombre important de maisons détruites, a martelé le ministre de l’intérieur.

Actuellement, le ministre Gervais Ndirakobuca a annoncé que le gouvernement du Burundi a initié une approche de la solidarité locale au moyen de la mobilisation des ressources et en coordonnant les interventions pour l’assistance humanitaire destinées à alléger les souffrances des communautés affectées par des effets du changement climatique.

Concernant les déplacés dues à la montée du lac Tanganyika et le débordement de la rivière Rusizi, le gouvernement du Burundi en collaboration avec les partenaires au développement est entrain de travailler pour la relocalisation des ménages sinistrés dans des zones plus sûres. « C’est une activité qu’on doit faire avec plus d’attention afin que les partenaires au développement aident aux plus nécessiteux », a souligné le ministre Gervais Ndirakobuca.

Quant au rôle des partenaires dans la gestion des catastrophes, le ministre Gervais Ndirakobuca a apprécié positivement le rôle que jouent les partenaires et surtout les volontaires de la Croix du Burundi dans la gestion des risques de catastrophes et a encouragé les autres organisations qui œuvrent dans le domaine des urgences à mettre en place des équipes de prévention et secours à personnes. Ceci permettra au Burundi de bien se préparer à faire face à la survenance des catastrophes naturelles et leurs gestions en temps utile, a annoncé le ministre de l’intérieur.

Dans le cadre du renforcement du cadre institutionnel dans la préparation des réponses rapides aux urgences humanitaires, le gouvernement a sollicité un appui des partenaires au développement dans l’objectif d’opérationnaliser l’école nationale de la protection civile, rendre opérationnel le centre national et 4 centres régionaux d’opérations d’urgences, opérationnaliser le fonds de réduction des risques de catastrophes, opérationnaliser le génie des travaux de protection civile, mettre en place un mécanisme national d’alerte précoce multirisque doté d’une salle de veille fonctionnelle, etc.

Cette journée mondiale a été adoptée par l’organisation internationale de la protection civile (OIPC) le 1er mars 1972, le Burundi a célébré la 13ème édition de cette journée, il a adhéré à l’OIPC le 19 février 2009 et a débuté la célébration de cette journée le 01 mars 2009. Cette année, les activités ont débuté par la visite des participants aux différents stands des équipements utilisés dans la protection civile.

Source: Radio Television Burundi

By pr.web

Leave a Reply

Your email address will not be published.