Les travaux de réhabilitation d’une partie d’un caniveau qui menaçait l’avenue Gasekebuye et les habitats environnants battent leur plein. Les habitants de Gasekebuye en commune Muha demandent l’extension de ces travaux sur tout le tronçon.

Suite à la force des eaux de ruissellement et celles provenant des ménages, les parois du caniveau situé le long de l’avenue Gasekebuye n’ont pas cessé de s’affaisser depuis ces derniers jours, menaçant ainsi cette même avenue et les maisons environnantes.

Alors que la population s’attendait à une réhabilitation complète de tout le caniveau, ils se disent étonnés après avoir appris que les travaux vont se limiter à la protection de la RN7 et les berges de la rivière Mpimba.
« Cette maison risque de s’effondrer suite à l’écroulement des berges de ce caniveau. Avec le début des activités, je pensais qu’ils allaient effectuer des travaux de canalisation sur tout le caniveau. A la grande surprise, on nous a dit qu’ils veulent seulement protéger la route nationale et le pont », regrette un habitant de Gasekebuye montrant une crevasse, elle menace d’emporter la fondation de sa maison.

Pour un autre habitant de la même localité, le caniveau continuera de menacer l’avenue Gasekebuye et les maisons environnantes si rien n’est fait pour le réhabiliter depuis sa source.
« L’OBUHA est loin de trouver une solution. Avec la force des eaux de pluie, même la partie réhabilitée risque d’être détruite d’ici peu. Il fallait travailler sur tout le tronçon », suggère-t-il.

Néanmoins, les habitants environnant la partie en cours de réhabilitation et les usagers de l’avenue Gasekebuye se frottent les mains. « Ma maison était sur le point de s’écrouler avec les berges instables de ce caniveau, mais avec cette réhabilitation, on est en toute sécurité », jubile un locataire d’une maison bâtie tout près de ce caniveau.
Un conducteur de taxi salue aussi le projet de réhabilitation de ce caniveau. Pour lui, cela va protéger cet axe et ses usagers.

Ce projet de réhabilitation et de protection des berges de la rivière Mpimba est exécuté par l’office burundais de l’urbanisme, de l’habitat et de la construction (OBUHA).
Selon un coordinateur des travaux rencontré sur les lieux, ces travaux prendront trois mois avec un budget de plus de 800 millions BIF.


Source: IWACU Burundi

By pr.web

Leave a Reply

Your email address will not be published.