Au cours de la séance plénière de ce mercredi 19 janvier 2022 l’Assemblée nationale a adopté le Projet de loi portant Code du transport ferroviaire au Burundi présenté par la ministre en charge des transports Marie Chantal Nijimbere

Selon la ministre en charge des transports Marie Chantal Nijimbere, le PND 2018-2027 a prévu le développement des infrastructures de transport pour se désenclaver et connecter le Burundi aux pays voisins par voie ferrée. Pour atteindre cet objectif, le Burundi doit mettre en place un cadre légal, institutionnel et opérationnel du transport ferroviaire.

Elle a rappelé que le Burundi, la Tanzanie et la RDC ont pris des engagements en vue de construire la ligne ferroviaire UVINZA- MUSONGATI-GITEGA-BUUMBURA-UVIRA-KINDU qui va relier les trois pays.

Les pays de l’EAC ont reconnu la nécessité de rationaliser le développement du transport ferroviaire et d’harmoniser les opérations de transport le long des principaux corridors, à travers le Plan Directeur ferroviaire des pays membres de l’EAC ( East African railway master plan).Il est donc , selon la ministre Marie Chantal Nijimbere, essentiel et urgent que le Burundi se dote d’un cadre légal, institutionnel et opérationnel en parfaite harmonie avec les impératifs nationaux et régionaux du transport ferroviaire.

La ministre en Charge des transports Marie Chantal Nijimbere a expliqué aux députés l’intérêt du transport ferroviaire pour le Burundi : les sociétés intéressées par l’exploitation des gisements miniers se heurtent aux défis liés aux transports de ces produits miniers vers les marchés internationaux. Et d’ajouter que l’intérêt porté sur le transport ferroviaire provient également des avantages comparatifs de ce mode de transport par rapport à la route.

La ministre a fait savoir que les avantages du transport ferroviaire sont: capacités de transport des produits de masse industriels et agricoles, coût bon marché, grande sécurité et sûreté des marchandises, durée de vie plus longues des infrastructures ferroviaires etc.

Les députés ont recommandé au gouvernement de prévoir la révision de la loi sur les indemnisations pour que dans la mise en ouvre du projet de chemin de fer les populations qui seront déplacées reçoivent des indemnisations consistantes. Après échanges, le Projet de loi portant code du transport ferroviaire au Burundi a été adopté par 107/107 des voies, soit à cent pour cent.

Source: Radio Television Burundi

By pr.web

Leave a Reply

Your email address will not be published.