Le Directeur Général en charge de l’élevage Serges Nkurunziza a animé mercredi 06 juillet 2022 une conférence à Bujumbura pour annoncer la dérogation spéciale de collecte et d’abattage des animaux sensibles à la maladie de la fièvre de la vallée du Rift accordée à la communauté musulmane au moment où dans les 13 provinces sur 18 provinces que comptent le Burundi, des signes cliniques de cette maladie ont déjà été identifiés.

Le directeur général de l’élevage a d’abord annoncé l’état des lieux de cette maladie, les réalisations et avancées dans la riposte contre cette épizootie. Serges Nkurunziza a indiqué les signes cliniques qui sont rapportés dans les 13 provinces touchées dont Karusi, Cibitoke, Kayanza, Bujumbura, Makamba, Muramvya, Mwaro, Rumonge, Bubanza et Gitega. Il a en outre mentionné que sur un total de 966 bovins et 627 petits ruminants ayant manifesté les signes cliniques de cette maladie, 413 têtes pour les bovins et 214 pour les petits ruminants en sont mortes.

Malgré la persistance de cette fièvre de la vallée du Rift sur le sol burundais, Serges Nkurunziza a annoncé que le gouvernement du Burundi à travers le ministère de l’environnement, agriculture et élevage a accordé une dérogation spéciale à la communauté musulmane seulement sous réserves des conditions de collecte et d’abattage des animaux sensibles à cette maladie de la fièvre de la vallée de Rift, lors de la célébration de la fête d’Idil Adha.

Parmi les conditions exigées figurent la collecte des animaux d’abattage du 1er juillet au 8 juillet 2022. L’abattage est fixé du 9 juillet au 12 juillet 2022. Les animaux seront rassemblés en quarantaine et doivent être identifiés par un marquage approprié pour éviter des dérapages. Serges Nkurunziza a en outre souligné que les abattages doivent se faire dans les abattoirs connus ou d’autres sites d’abattage pré identifiés en collaboration avec les bureaux provinciaux en charge de l’élevage, l’administration locale et les forces de l’ordre. De plus, les représentants de la Communauté des musulmans du Burundi en collaboration avec l’administration doivent veiller au strict respect de ces conditions.

Quid pour la population burundaise concernant la consommation de la viande rouge à l’instar des musulmans durant cette période de quatre jours ci-haut mentionnée ? Le Directeur Général de l’élevage laisse entendre que pour limiter la propagation de cette maladie à une grande allure, la population non musulmane est appelée à s’abstenir de vendre ou consommer la viande des animaux sensibles à cette maladie jusqu’à la nouvelle mesure.

Concernant le vaccin, Serges Nkurunziza tranquillise en disant que les partenaires au développement dont le FIDA, PAM , FAO et Food for the Hangry ont promis de contribuer pour une enveloppe d’environ 1.800 millions de dollars américains destinée à faire face à cette épizootie. Il espère qu’au mois d’août 2022, les premiers vaccins seront disponibles.

Signalons que cette maladie s’est déclarée pour la première fois au Burundi vers la fin du mois d’avril 2022.

Source: Radio Television Burundi

By pr.web

Leave a Reply

Your email address will not be published.