Il s’observe depuis quelques semaines une pénurie d’eau dans certains quartiers de la ville de Bujumbura. Les habitants doivent aller puiser sur certains robinets publics. Parfois, certains sont également à sec. Ils demandent à la Regideso de résoudre ce problème.

Il est 10 heures et demi à Musaga, au sud de la ville de Bujumbura. C’est au robinet public de la 1ère avenue. Il est à sec. Certains usagers attendent le retour d’eau et ils ont déjà aligner de bidons par ordre d’arrivée. Pour eux, c’est le calvaire de tous les jours depuis presque deux mois. Un bidon de 20l est vendu à 50 BIF.

C’est pareil à la 2ème avenue, les robinets sont à secs. Des fois, l’eau revient durant la nuit vers deux heures du matin. Contrairement à la 3ème avenue, l’eau du robinet public coule 24h/24h. Seulement la quantité se réduit de temps en temps. Ce robinet est alors envahi par beaucoup d’habitants de la zone. “Il y a même des gens qui viennent en voiture pour puiser ici. Du coup, les files deviennent longues”, témoigne un habitant de Musaga.

Quant au Nord, c’est la zone Gasenyi qui est aussi affectée par la pénurie d’eau potable. Un habitant du quartier Gisandema avait descendu au robinet public avec son véhicule rempli de bidons pour faire un bon stock. “Il y a environ un mois et demi que nous ne voyons même pas une goutte d’eau dans nos robinets. La Regideso nous a expliqués que c’est un tuyau perforé”. Une partie du quartier Taba de la zone de Kamenge vit au rythme des pénuries d’eau récurentes.

Les habitants de ces localités demandent à la Regideso de résoudre ce problème qui, selon eux, devient répétitif pendant la saison sèche. Sinon, disent-ils, des maladies des mains sales pourraient se manifester dans ces ménages.

Source: IWACU Burundi

By pr.web

Leave a Reply

Your email address will not be published.