Il s’appelle Lambert Muhimpundu, il se dit ’’monarque’’, il s’est autoproclamé ’’roi du salut’’ mais a été intronisé ce dimanche 28 août par ses fidèles. Sa canne lui sert de sceptre, il a une sorte de trône.

Selon sa ’’majesté’’, aujourd’hui déchu, tombé de son piédestal, avec son arrestation à Karonke, en zone Minago de la province Rumonge, dans la nuit de ce mardi à mercredi 31 août, ainsi que 19 de ses partisans ou courtisans, ’’en date du 20 août 2022 du calendrier romain, c’était la fin du multipartisme et des régimes démocratiques’’.

« Bon nombre se demandent pourquoi, les dirigeants actuels du pays n’ont pas encore remis leur tablier. Ils sont comme les faux rois d’Israël, des imposteurs, racontés dans l’Ancien Testament du temps de David et de Salomon. N’étant pas des élus de Dieu, ces usurpateurs ont tenté de se faire introniser en vain », soutient, cet évangéliste aux allures de de gourou. Il se fait quelques fois porter à bras d’hommes sur un palanquin.

Tout cela est derrière lui, Lambert Muhimpundu qui prône le retour à la monarchie au Burundi, a été arrêté avec ses 19 partisans en pleine prière avant leur transfert à Bujumbura.

Il s’agit de 10 hommes, 6 femmes et 2 jeunes filles, ils ont passé la nuit au cachot du commissariat de la police à Rumonge. Une de ces femmes appréhendées, a un nourrisson et semble enceinte.

Selon des sources contactées à Rumonge, ce pasteur a bourlingué entre la Tanzanie et l’Ouganda, il aurait même été au camp des réfugiés burundais de Nakivale. Il continue d’ailleurs de prêcher le retour au pays de tous les réfugiés burundais après ’’la chute des murs de Jéricho’’.

Source: IWACU Burundi

By pr.web

Leave a Reply

Your email address will not be published.