Le ministère de la solidarité nationale, des affaires sociales, des droits de la personne humaine et du genre a organisé mardi 05 juillet 2022 à Bujumbura, un atelier de validation nationale du premier rapport périodique de mise en application de la charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant, à l’intention de tous les intervenants dans la protection de l’enfance.

Selon l’Assistant du ministre en charge des droits de l’homme Tantine Ncutinamagara, cet atelier avait pour objectif de présenter au public, aux partenaires au développement et à la société civile œuvrant dans la protection de l’enfance, le projet du premier rapport périodique pour qu’ils apportent leurs contributions. Tantine Ncutinamagara a rappelé que le Burundi a ratifié cette charte et a produit le rapport initial, ce rapport périodique vient compléter le rapport initial déjà produit sur la mise en œuvre de cette charte lors de la 31ème session ordinaire du comité africain d’experts tenue du 24 avril au 4 mai 2018 à Bamako.
Pour produire ces rapports, le gouvernement du Burundi à travers le ministère en charge des affaires sociales a mis en place un comité permanent de rédaction des rapports initiaux et périodiques pour que les données soient traitées par des experts des ministères clés.

Selon l’assistant du ministre Tantine Ncutinamagara, le document présenté pour validation est subdivisé en deux parties à savoir l’état de mise en œuvre de la charte par l’Etat du Burundi, les réponses aux différentes recommandations issues du rapport initial sur cette charte de 2018. Quant à la directrice des organes des traitées, procédures spéciales et examens périodiques internationaux et régionaux Christine Ntunzwenimana, elle a indiqué que le Burundi connaît des avancées significatives en matière de promotion et de protection de l’enfance, en témoigne le forum des enfants, les enfants journalistes et l’existence des associations de protection de l’enfance.

Parmi les défis relevés à la production de ce rapport périodique figurent les enfants en situation de rue et le phénomène de mendicité à l’aide des enfants. C’est dans cette perspective que le ministère en charge des droits humains en collaboration avec les partenaires s’active pour éradiquer ce phénomène car la place de l’enfant est en famille, dans la communauté et à l’école mais pas dans la rue.

Source: Radio Television Burundi

By pr.web

Leave a Reply

Your email address will not be published.