Bientôt du nouveau dans l’arsenal juridique burundais, l’Assemblée nationale a adopté le projet de loi portant prévention et répression de la cybercriminalité au Burundi. Le projet de loi était présenté par Gervais Ndirakobuca, Ministre de l’intérieur du développement communautaire et de la sécurité publique.

En présentant le Projet de loi, le ministre de l’intérieur Gervais Ndirakobuca a fait savoir que malgré les avantages offerts par les TICs l’environnement créé par le cyberespace fait que l’économie, la vie privée et les interactions sociales soient menacées par une nouvelle forme de criminalité appelée Cybercriminalité

Selon le ministre de l’intérieur Gervais Ndirakobuca le Burundi doit se doter d’une loi qui lui permet de lutter contre ce type de criminalité qui prend des développements spectaculaires avec effets dévastateurs. Dès lors, il est nécessaire d’élaborer une loi spécifique de lutte contre la cybercriminalité au Burundi pour compléter le dispositif pénal existant.

Selon le ministre de l’intérieur Gervais Ndirakobuca, la cybercriminalité est définie par l’ONU comme tout comportement illégal faisant intervenir des opérations électroniques qui visent la sécurité des systèmes et des données qu’ils traitent. Elle recouvre ainsi toute activité illégale réalisée à travers le cyber espace. Par extension elle intègre toute forme de malveillance électronique effectuée au moyen de l’informatique et des télécommunications.

Concernant le Burundi la jurisprudence burundaise a révélé des situations juridiques dans lesquelles les systèmes informatiques, les données informatiques, les réseaux informatiques sont la cible d’agissements cybercriminels.

Au Burundi et pour la seule année 2018, 462 personnes ont été arrêtés pour les faits de cybercriminalité, 1373 plaintes ont été enregistrées, 126 personnes ont été condamnées malgré l’insuffisance des moyens d’enquête et les lacunes dans la législation.

Selon le ministre de l’intérieur Gervais Ndirakobuca le Burundi doit se doter d’une loi qui lui permet de lutter contre ce type de criminalité qui prend des développements spectaculaires avec effets dévastateurs. Dès lors, il est nécessaire d’élaborer une loi spécifique de lutte contre la cybercriminalité au Burundi pour compléter le dispositif pénal existant.

Source: Radio Television Burundi

By pr.web

Leave a Reply

Your email address will not be published.