Réagissant sur la colère du président de la République, vendredi, en province Rumonge, Gabriel Rufyiri, président de l’Observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques (Olucome) trouve qu’il a raison de ne pas être tendre avec les corrompus.

« Il faut qu’il continue sur la même lancée », souligne-t-il. Pour réussir, il demande au président de la République d’appliquer le décret-loi sur les incompatibilités. « Tous les cadres de l’Etat veulent être des commerçants alors que leur mandat est de servir le peuple. Il est extrêmement important d’aller vers l’éradication de ce phénomène de fraude. »

Ici, M. Rufyiri, cite les tricheries ou fraude qui se remarquent dans la vente du ciment, des boissons Brarudi, du sucre, etc. Pour lui, il y a moyen d’avoir des devises en suffisance au Burundi. Et cela passerait, par le renforcement de la coopération au développement, l’incitation de la diaspora à venir investir au Burundi, l’amélioration du climat des affaires, la promotion du tourisme, l’exploitation minière, la promotion des cultures industrielles comme le café, le thé, le coton, etc.

Pour rappel, ce vendredi 24 juin, lors d’une séance de moralisation, à Rumonge, le président Evariste Ndayishimiye s’est insurgé contre les cas de vol du carburant, du sucre, etc. Et certaines autorités comme le gouverneur de Rumonge Consolateur Nitunga, l’administrateur communal ont été appelées à s’expliquer séance tenante.

Source: IWACU Burundi

By pr.web

Leave a Reply

Your email address will not be published.