Le centre d’analyse et de recherche interdisciplinaire sur le développement dans la région des grands lacs (CARID-RGL) en collaboration avec l’Ambassade de France au Burundi a organisé vendredi 18 février 2022 un atelier de lancement du projet d’appui à la professionnalisation des médias ’’PAPROM’’ et d’échange entre les professionnels des médias et le monde académique sur la professionnalisation du secteur des médias au Burundi.
La ministre en charge des médias Léocadie Ndacayisaba a rehaussé de sa présence les cérémonies d’ouverture de cet atelier qui se sont déroulées en Mairie de Bujumbura.

Selon la ministre ayant les médias dans ces attributions Léocadie Ndacayisaba , l’objet de ce projet est de contribuer à la professionnalisation des médias , en intervenant à la fois sur la formation dans les universités et sur la formation continue des journalistes, à la formation des formateurs, à la mise à la disposition des médias des équipements, en créant un cadre d’échanges entre les différents parties prenantes des médias et des institutions publiques et en favorisant la recherche dans ce domaine etc

Pour avoir un secteur des médias professionnels, la ministre Léocadie Ndacayisaba a souligné qu’il faut nécessairement avoir des journalistes bien formés et bien outillés. Les universités ont donc un rôle important dans la formation des étudiants futurs journalistes en dispensant une formation de qualité et qui répond aux besoins des bénéficiaires.

La ministre en charge des médias a en outre précisé que ldifférents défis hantent le monde des médias. Elle a cité le manque des moyens financiers où la plus part de ces derniers font recours au stagiaire et aux bénévoles dont la qualité du travail est loin de répondre aux normes professionnelles selon la ministre en charge des médias.

Léocadie Ndacayisaba espère donc que le PAPROM apportera une solution pour la formation des formateurs et le renforcement de capacités des journalistes.

Concernant la relation entre les professionnels des médias et les institutions publiques, la ministre Léocadie Ndacayisaba laisse entendre que les crises qu’ a connu le pays ont eu un impact sur cette relation.
Selon la ministre, certains journalistes ont confondu la profession de journalisme et la fonction de communicateur politique et se sont écartés de la déontologie professionnelle jusqu’à se confondre aux acteurs politiques surtout de l’opposition a-t-elle souligné.

Toutefois, elle se réjouit qu’aujourd’hui la confiance entre la population, les institutions publiques et les médias ait été rétablie grâce aux efforts des uns et des autres.
Léocadie Ndacayisaba reste convaincue qu’avec ce projet, les cadres d’échange entre les médias et les représentants des institutions vont augmenter ce qui permettra de renforcer davantage les relations qui sont aujourd’hui bonnes.
Selon l’Ambassadeur de France au Burundi, ce projet s’inscrit dans le cadre du PND 2018-2027 notamment dans le cadre de son axe 2 sur le développement des infrastructures des TICs.

Il a en outre indiqué que ce projet s’inscrit aussi dans le cadre de coopération entre la France et le Burundi dans le domaine des médias.

Selon l’Ambassadeur de France au Burundi, ce projet qui aura trois composantes s’inscrit également en résonnance des stratégies du ministère de l’enseignement supérieur par rapport aux questions de partenariat entre les entreprises et les universités afin de professionnaliser les formations.
Ces trois composantes sont : la composante d’appuyer les universités pour renforcer et professionnaliser les offres de formation en journalisme audio visuel ; le renforcement des médias avec des actions qui seront menées aux bénéfices de certains médias burundais et le renforcement de la collaboration des médias avec les institutions publiques.

Signalons que le coût de ce projet est estimé à 830.000 d’euros environ 2 milliards de francs burundais.

Source: Radio Television Burundi

By pr.web

Leave a Reply

Your email address will not be published.