A son retour du 6ème Sommet UE-UA tenu à Bruxelles et des échanges avec la diaspora burundaise dont des ténors de la campagne « Halte au 3ème Mandat » contre feu président Pierre Nkurunziza en 2015, le président de la République s’en est pris au parti CNL d’Agathon Rwasa.

C’est surtout suite manifestations organisées devant le siège du Conseil de l’Union Européenne par des membres de la communauté burundaise en exil opposés au pouvoir de Gitega dont Aimé Magera.

Il se dit porte-parole d’Agathon Rwasa, le président du parti CNL. Il était parmi les mobilisateurs de cette manifestation hostile au président Evariste Ndayishimiye et son gouvernement.

« Le Chef de l’État déplore que des acteurs politiques aient organisé des manifestations contre la levée de ces sanctions : « Par la voix de son porte-parole, le CNL se range du côté des ennemis du peuple burundais, nous attendons de voir quelle suite sera donnée à ce triste épisode » », lit-on sur le compte Twitter de la présidence de la République, ’’Ntare House’’
Le président de la République Evariste Ndayishimiye appelle les leaders politiques à mobiliser leurs membres à l’amour patriotique, aux travaux de développement.

« Le chef de l’Etat a tenu à réaffirmer son ouverture au dialogue, il les a invités à privilégier la voie du dialogue, et organiser leurs manifestations au Burundi », indique un autre tweet de la présidence de la République.

Dans ses tweets, le CNL indique que ’’ les communications officielles du parti se font à travers ses organes et canaux officiels reconnus’’. Il n’a pas encore réagi mais ce parti fait savoir que « le respect des libertés fondamentales ne saurait être garanti sans respect du fonctionnement des partis politiques. Or, l’ouverture politique déclarée par le pouvoir semble être une chimère « .

Source: IWACU Burundi

By pr.web

Leave a Reply

Your email address will not be published.