Le pont Nyabagere reliant les quartiers de Gasenyi et Nyabagere dans la zone urbaine de Gihosha au nord de la ville de Bujumbura est sur le point de s’écrouler. Ses usagers exhortent la construction d’un pont métallique pour éviter des accidents.

« Une personne est récemment tombée dans la rivière et est morte immédiatement. Pour le moment, beaucoup de gens ont peur de passer par le pont et préfèrent traverser par la rivière », confie Côme Ndikumana, habitant du quartier Nyabagere dans la zone urbaine de Gihosha.

A 10 heures ce 30 août, la population sillonne le chemin reliant les quartiers Nyabagere et Gasenyi en passant par la rivière Nyabagere. Au-dessus de la rivière, un pont de bois et planches y est installé. « Ce pont est en piteux état. Il peut s’effondrer et tomber dans la rivière d’un moment à l’autre », indique une femme qui préfère traverser par la rivière. Malgré cet état, des gens prennent le risque de passer par le pont. Un raccourci pour ne pas perdre du temps, selon certains.

Selon Côme Ndikumana, cela fait plus de deux mois que le pont est presque impraticable. D’après lui, le pont Nyabagere est important pour la circulation entre les deux quartiers : « En plus des habitants de ces deux quartiers, ce pont aide beaucoup des commerçants venus de Nyabagere pour s’approvisionner à Gasenyi et vice-versa ».

Il indique que la population environnante s’organise souvent pour acheter des planches et réhabiliter le pont : « Ce n’est pas durable. Après quelques mois, ça s’affaisse encore une fois ».

« Il faut construire un pont métallique »

Pour un habitant du quartier Gasenyi, l’Etat devrait mobiliser des fonds pour construire un pont solide sur la rivière Nyabagere. Comme solution durable, il suggère la construction des colonnes en béton sur les deux rives de la rivière Nyabagere et la mise en place d’un pont métallique pour faciliter la circulation et éviter des accidents.

Il s’inquiète pour les enfants qui vont bientôt reprendre l’école : « Avec la prochaine rentrée scolaire, beaucoup d’enfants devront emprunter ce chemin pour aller à l’école, mais où vont-ils passer ? Comme recours, ils seront obligés de passer par d’autres chemins pour arriver à l’école en retard ». Et d’exhorter l’Etat à appuyer la population pour que ce pont soit réhabilité avant la rentrée scolaire.

Selon Régine Nduwayo, vendeuse de fruits, il n’est pas facile de passer par ce pont de Nyabagere pour les personnes âgées. Cette quinquagénaire s’inquiète aussi pour les enfants qui vont reprendre l’école au mois de septembre. Selon elle, la rivière Nyabagere est souvent débordée pendant la saison pluvieuse : « Cela fait que les usagers de ce chemin ne pourront plus passer par la rivière. Il sera, donc, risquant d’emprunter cette voie alors qu’il n’y a pas de pont solide ».

Iwacu a rencontré le chef de la zone urbaine de Gihosha, mais ce dernier n’a pas voulu s’exprimer sur ce sujet.

Source: IWACU Burundi

By pr.web

Leave a Reply

Your email address will not be published.