La coopération suisse au Burundi en collaboration avec les partenaires gouvernementaux et l’Institut des hautes études internationales et du développement (IHEID) a organisé, du 30 au 31 mars 2022, des journées de réflexion sur la recherche et la formation supérieure sur les questions de genre dans la région des Grands-Lacs. Des avancées, mais…

« Au Burundi, dans les postes où les quotas des femmes sont précis dans les textes légaux, les femmes sont suffisamment représentées. Pourtant, dans d’autres organes comme les administratifs à la base, elles sont moins représentées », fait savoir l’une des participants.

Pour Boris Maver, directeur de la coopération suisse au Burundi, le Burundi est parmi les pays avancés dans la prise en compte de genre dans les politiques de développement, notamment une politique nationale genre et la loi spécifique sur les violences sexuelles basées sur le genre, qui est d’ailleurs une référence régionale.

Il ajoute que ces journées sont une occasion pour un engagement commun en faveur de genre. « Elles permettront également d’échanger des expériences, de tisser des relations et ainsi de travailler en réseau », précise-t-il.

Selon Félix Ngendabanyikwa, secrétaire permanent au sein du ministère en charge des droits de la personne humaine et du genre, à l’issu de ces journées de réflexion une feuille de route sera élaborée. Cette dernière leur permettra de mieux orienté leurs actions.

Signalons que cette séance a vu la participation des délégations venus de plusieurs pays comme le Rwanda, la RDC, Burkina Fasso, Suisse, Belgique,…


Source: IWACU Burundi

By pr.web

Leave a Reply

Your email address will not be published.