C’est la galère pour la plupart de conducteurs de motos-taxis burundais établis à Uvira dans la province du Sud-Kivu l’Est de la RDC après la mesure réduisant leur espace de circulation à Bujumbura. Les autorités congolaises leur ont signifié qu’ils ne sont pas autorisés à exercer leur métier sur leur territoire.

Le motif avancé est que ces conducteurs de motos-taxis n’ont pas de permis de conduire congolais : « Ces Burundais sont nombreux, est-ce qu’ils ont des permis de conduire ? Ils n’en ont pas. Sommes-nous autorisés, à les délivrer ici à Uvira. Non nous ne sommes pas habilités pour le faire au niveau de notre ville d’Uvira. Nous ne pouvons pas autoriser ces Burundais à exercer ce métier alors qu’ils n’ont pas de permis de conduire délivrés par les autorités congolaises compétentes », a fait savoir Théophile Mazenze, responsable de l’organe chargé du transport à Uvira.

Sur l’ensemble de conducteurs de motos-taxis œuvrant dans cette ville d’Uvira située à moins de 30 km à l’Ouest de Bujumbura, les Burundais représentent plus de 60%, ce qui constitue une menace aux yeux des motos-taxis congolais. « Quand le nombre de conducteurs de motos-taxis étrangers devient supérieur aux nationaux, il faut faire attention », a-t-il laissé entendre.

Selon des sources dignes de foi contactées à Uvira, la situation de ces Burundais est intenable, ils ne savent plus à quel saint se vouer. Des conducteurs de motos-taxis burundais contactés à Uvira parlent de ’’concurrence déloyale’’. Selon ces derniers, leurs confrères congolais se sont arrangés pour les casser.
Ces derniers sont formels : « Sans permis de conduire congolais, pas de boulot, et il ne faut pas tenter toute action pouvant perturber la tranquillité et la sécurité dans notre ville », ont averti les conducteurs de motos-taxis congolais exerçant à Uvira.

Source: IWACU Burundi

By pr.web

Leave a Reply

Your email address will not be published.