A moins d’une semaine de sa nomination comme membre du Conseil national de la communication (CNC), Vestine Nahimana devient présidente de cet organe dépendant directement de la présidence de la République. Elle a été élue à l’unanimité par ses pairs ce 9 mars.

« Cette place était vacante depuis le 7 décembre 2021 ; nous venons d’enregistrer un résultat positif, lequel encourage le bureau exécutif et central du Conseil national de la communication. Le numéro 1 du Bureau est l’ambassadeur, Vestine Nahimana. Elle vient d’être élue par ses pairs après la sortie du décret la nommant en remplacement de Willy Nyamitwe qui a été nommé à d’autres fonctions en tant qu’ambassadeur du Burundi à Addis-Abeba en Ethiopie », a indiqué à la presse Laurent Kaganda, vice-président et président ai du CNC après un vote à huis clos.

Tous les 12 membres du comité exécutif lui ont fait confiance. Cette ancienne ambassadrice du Burundi au Pays-Bas n’est pas nouvelle à la tête de cet organe de régulation des médias.

Elle avait déjà occupé ce poste de président. « Au nom du CNC et à mon nom propre, je lui présente mes félicitations. Ce n’est pas sa première fois. Moi j’assumais les affaires courantes, elle fera mieux », a ajouté M.Kaganda.
Vestine Nahimana avait été nommée membre du CNC par décret présidentiel le 3 mars. Fraîchement élue, elle a réitéré ses remerciements à ceux qui l’ont élue et qui lui ont souhaité d’aller de l’avant.

Elle a promis de rester à leur côté. « Dans un premier temps, je veux veiller à ce que notre direction soit collégiale, que les activités que nous menons soient consensuelles. Je suis sûre que si nous travaillons dans un climat serein, dans un climat posé et calme, professionnel, je ne doute pas que l’on puisse aller loin ensemble », a-t-elle précisé.
Pour elle, le secteur médiatique doit être un outil de changement. Son retour, a-t-elle expliqué, est de mener avec la famille des journalistes, une lutte commune qui est celle d’apporter des changements. « Les médias sont un bon outil qui peut servir à construire et à détruire. Je reviens avec le même langage. Mon souhait est de bâtir un monde meilleur », a-t-elle conclu.

Vestine Nahimana reste la seule femme à occuper le poste de président de cet organe de régulation des médias depuis son existence en 1992.

Source: IWACU Burundi

By pr.web

Leave a Reply

Your email address will not be published.