Les commerçants exerçant au marché de Ngagara déplorent le manque d’eau potable et d’électricité dans ce marché. Le président des commerçants promet l’alimentation de ce marché en électricité dans les prochains jours.

11 heures ce 22 février au marché de Ngagara. Les robinets sont à sec. Quand les commerçants ont besoin de l’eau, ils doivent se rendre vers les latrines dans le coin du marché où sont installés les seuls robinets alimentés en eau.

Un bidon de 20 litres s’achète à 50 BIF. Les commerçants disent que cela ne facilite pas leur travail, surtout que certains ont besoin d’eau suffisante pour la propreté de leurs marchandises et plus d’hygiène.

« Cela fait plus d’un an qu’on n’a pas d’eau dans ce marché. Les robinets sont là, mais on a coupé l’eau. Nous continuons de payer les taxes à la mairie, mais cette dernière ne veut pas améliorer les conditions de travail », lâche une vendeuse de légumes dans le même marché, pointant du doigt des robinets qui ne fonctionnent plus.

Elle explique qu’en tant que vendeuse de légumes, elle a besoin plus d’eau pour que ses marchandises restent propres. Et de demander à la mairie de réalimenter le marché en eau pour faciliter son travail.

Même son de cloche avec les bouchers. Ils témoignent qu’ils enregistrent de pertes énormes suite au manque d’eau et d’électricité, en plus de celui de la clientèle.

« Nous avons installé des compteurs, mais on ne les a pas encore alimentés en électricité », regrette un boucher. Il confie que la chambre froide qui s’y trouve n’est pas fonctionnelle, il n’y a pas de courant.

Ainsi, pour conserver les viandes, les bouchers doivent emprunter des frigos dans les ménages avoisinant du marché. Ils déplorent aussi le manque d’eau potable, ce qui fait que l’hygiène laisse à désirer.

Selon des propriétaires de magasins, certains commerçants peinent à s’installer dans ce marché suite à la pénurie d’eau et d’électricité : « On ne peut pas travailler dans ces conditions. Vous verrez que le marché est presque vide. Les commerçants qui devraient remplir ce marché préfèrent s’installer dans d’autres marchés plus modernes que celui-ci ».

Selon le vice-commissaire du marché, Isaac Minani, il n’y a pas de pénurie d’eau dans le marché de Ngagara : « On a décidé que les robinets alimentés en eau soient installés seulement du côté des latrines. C’était après avoir constaté qu’il y avait du gaspillage de l’eau lorsque tous les robinets étaient alimentés ».

En ce qui est de l’électricité, Isaac Minani accuse les commerçants de ne pas vouloir payer pour les installations électriques dans leurs stands respectifs.

Il indique que les techniciens de la mairie sont disponibles pour alimenter ceux qui en ont besoin et ayant leurs compteurs. « L’alimentation de tout le marché en électricité se fera dans les plus brefs délais », promet-il.

Source: IWACU Burundi

By pr.web

Leave a Reply

Your email address will not be published.