La montée des eaux du lac Tanganyika en mars 2020 a bouleversé la vie de la population riveraine en province Rumonge. La plupart ont vu leurs maisons inondées par les eaux du lac. Sur ordre de l’administration, ils ont été obligés de déménager pour éviter les risques de perte en vies humaines. Aujourd’hui , il est pour certains impossible de regagner leurs habitations.
Il y a lieu de se demander, comment vivent les sinistrés de cette catastrophe naturelle.

Selon le Gouverneur de la province Rumonge Consolateur Nitunga, le comité provincial de gestion des catastrophes a pris en mains la question des personnes affectées par la montée des eaux du lac Tanganyika. Sur les 180 ménages touchés par la montée des eaux du lac Tanganyika en 2020, seuls 44 ménages sont encore regroupés au site CEMINA, un ancien centre d’enseignement des métiers. Ce sont eux qui sont suivis régulièrement par l’administration, les autres ont été accueillis par les voisins.

Interrogés sur leur conditions de vie dans ce site, ces sinistrés de la montée des eaux, disent qu’ils sont exposés au froid et aux vents, la toux est fréquente chez les enfants, parce ils sont dans un hangar non fermé. La vie familiale n’existe plus, les hommes dorment d’un côté, les femmes et les enfants de l’autre. C’est, disent-ils une situation intenable.

Le souhait le plus ardent de ces sinistrés de la montée des eaux est de quitter ce site pour être installés ailleurs afin de pouvoir retrouver une vie familiale normale. A la doléance de ces sinistrés de la montée des eaux du lac d’être réinstallés ailleurs, le Gouverneur de Rumonge Consolateur Nitunga répond qu’un terrain de 5ha a déjà été identifié à Mutambara où ils seront relogés.
Il ne reste, dit-il, que l’autorisation d’aménager ce terrain, sinon les bailleurs ont affirmé que le budget est disponible pour la construction des maisons de ces sinistrés.

Source: Radio Television of Burundi

By pr.web

Leave a Reply

Your email address will not be published.