A l’occasion de la Journée de la Russie célébrée le 12 juin de chaque année, l’ambassadeur de la Russie au Burundi déplore des problèmes logistiques qui bloquent la fourniture du carburant et des fertilisants au Burundi. Il promet, néanmoins, la livraison des médicaments dans les prochains mois.

« On mène des négociations avec le ministère burundais de la Santé pour envoyer dans les meilleurs délais des spécialistes médicaux russes pour définir les nécessités du pays en ce qui concerne le test de la Covid-19 et les médicaments nécessaires pour le pays », a indiqué Valéry Mikhaïlov, ambassadeur de la Fédération de Russie au Burundi, dans une conférence de presse animée ce 13 juin.

Il confie que ces spécialistes russes discuteront aussi avec la partie burundaise de la création au Burundi d’un laboratoire national de la santé contre les maladies tropicales.

En outre, il explique que des problèmes logistiques liés à la guerre en Ukraine bloquent toujours la livraison du carburant et des fertilisants promis au Burundi : « Le problème logistique est un peu compliqué aujourd’hui. On va trouver des solutions, mais cela prendra du temps ». Et de regretter que la Russie n’ait pas beaucoup de bateaux pour effectuer la livraison par mer.

L’ambassadeur de la Russie au Burundi fustige des sanctions économiques contre son pays. Pour lui, ces sanctions ont bousculé les chaînes d’approvisionnement traditionnelles : « Elles ont provoqué la hausse des prix des denrées alimentaires et des engrais. Cela a perturbé l’accès aux technologies alimentaires des pays en voie de développement ».

Ce diplomate russe apprécie la position des pays africains qui adoptent la neutralité par rapport aux crises extrarégionales. Et de se réjouir des relations entre son pays et le Burundi.
Sur la question de la sécurité des étudiants burundais en Russie, il dénonce le non-respect des mesures de sécurité par certains : « Si on ne les respecte pas, on peut malheureusement avoir des morts, et cela dans n’importe quel pays. On travaille sur la question sécuritaire des étudiants, mais chacun doit veiller au respect des mesures de sécurité ».

Source: IWACU Burundi

By pr.web

Leave a Reply

Your email address will not be published.