Elektros Begins Feasibility Study on Lithium Mining Project in Sierra Leon

SUNNY ISLES BEACH, FL / ACCESSWIRE / January 27, 2023 / Elektros (OTC PINK:ELEK), an emerging leader in the electric mobility industry, announced it has begun talks with Lithium mining project in Sierra Leon, Africa.

Elektros announced it has begun discussions regarding potential stake or development agreement for virgin Lithium mining project located in Sierra Leon, Africa.

The Company has begun a mining feasibility study on the project and will explore prospects of developing the mine as a lithium supplier to select processing partners, or battery manufacturer, with a portion of lithium supply potentially being reserved for any future battery production under Elektros umbrella.

Upon completion of feasibility study, the company anticipates executing a letter of intent agreement towards next phase of development negotiations.

Annual lithium demand is projected to reach roughly 1.5 million metric tons of lithium carbonate equivalent by 2025 and over 3 million tons by 2030. This 2025 forecast calls for triple the demand seen in 2021.

Electric Vehicles (EVs) could account for about 84% of total lithium demand in 2030, up from about 55% in 2021. Consumer electronics, energy storage, and other industrial applications are likely to account for the balance of demand.

Mr. Shlomo Bleier, the CEO of Elektros, Inc., has been involved in the mining industry for over 35 years, to include operations in Brazil and Sierra Leone for the past ten years.

From 1993 to 1999, he worked for Simcha Diamond Ltd. in Brazil where he successfully mined gold and diamonds. From 2000-2004, he was a partner in S & T Mining Group, Ltd in Sierra Leon, Africa, where he served as chief administrator of operations. From 2005-2015, Mr. Bleier has been active in managing various projects in Sierra Leon Africa mining.

About Elektros, Inc.

Elektros (OTC PINK:ELEK) is an American electric transportation company that innovates mobility solutions for consumers and businesses. The automotive landscape faces existential disruption over the next decade to reach carbon neutrality. Elektros addresses this paradigm shift with mobility technologies that support sustainability for a transformative user experience. Elektros aims to present a compelling and completely new electric vehicle experience known as Elektros Sonic to consumers beginning as early as 2023.

Twitter: https://twitter.com/elektrosenergy

Facebook: https://www.facebook.com/Elektrosmotors/

Cautionary Language Concerning Forward-Looking Statements

This release contains “forward-looking statements” that include information relating to future events and future financial and operating performance. The words “may,” “would,” “will,” “expect,” “estimate,” “can,” “believe,” “potential,” and similar expressions and variations thereof are intended to identify forward-looking statements. Forward-looking statements should not be read as a guarantee of future performance or results and will not necessarily be accurate indications of the times at, or by, which that performance or those results will be achieved. Forward-looking statements are based on information available at the time they are made and/or management’s good faith belief as of that time with respect to future events and are subject to risks and uncertainties that could cause actual performance or results to differ materially from those expressed in or suggested by the forward-looking statements. Important factors that could cause these differences include, but are not limited to: fluctuations in demand for Elektros, Inc.’s products, the introduction of new products, the Company’s ability to maintain customer and strategic business relationships, the impact of competitive products and pricing, growth in targeted markets, the adequacy of the Company’s liquidity and financial strength to support its growth, and other information that may be detailed from time to time in Elektros Inc.’s filings with the United States Securities and Exchange Commission. Examples of such forward-looking statements in this release include statements regarding future sales, costs, and market acceptance of products as well as regulatory actions at the State or Federal level. For a more detailed description of the risk factors and uncertainties affecting Elektros Inc., please refer to the Company’s Securities and Exchange Commission filings, which are available at www.sec.gov. Elektros, Inc. undertakes no obligation to publicly update or revise any forward-looking statements, whether as a result of new information, future events or otherwise.

CONTACT:
Elektros, Inc.
Email: info@elektrosmotors.com

SOURCE: Elektros, Inc.

‫تعلن دار سكّ العملة الملكية الكندية عن مجموعة عملات نقدية تكريماً لحياة وعهد الملكة إليزابيث الثانية

تتميز العملات المعدنية في مجموعة Reign للملكة إليزابيث الثانية بميزة الوجه الجزئي الحصرية

أوتاوا، أونتاريو، 27 يناير/كانون الثاني 2023 / PRNewswire / — بواسطة مجموعة رائعة من العملات المعدنية الثمينة تم تخليد حياة وإرث الملكة إليزابيث الثانية، التي شغلت منصب العاهل الكندي ورئيس الدولة لمدة 70 عامًا. تعيد العملات الفضية والذهبية والبلاتينية النظر في سبعة عقود من التاريخ من خلال إبراز الشعارات الخالدة لعهد الملكة الراحلة، بينما تُظهر التذكارات الثمينة الأخرى صورة أكثر حميمية للملكة معروفة لأجيال من الكنديين. سيتم تقديم هذه الكنوز النقدية، التي تتميز بإشادة خاصة تعرض جميع التماثيل الأربعة التي ظهرت على العملات المعدنية الكندية، للجمهور طوال عام 2023. عملة 2022 من الفضة الخالصة بقيمة 5 دولارات – صورة للملكة إليزابيث الثانية، وهي الإصدار الأول في مجموعة الهدايا التذكارية هذه، بالإضافة إلى لفة تغليف خاصة 2022 بقيمة دولارين- لتكريم الملكة إليزابيث الثانية، متاحة اعتبارًا من اليوم.

Logo Royal Canadian Mint

وقالت ماري ليماي، الرئيسة والمديرة التنفيذية لدار سك العملة الكندية الملكية: “إن وفاة الملكة إليزابيث الثانية حدث محوري تعترف به دار سك العملة بكرامة واحترام”. “إن مجموعة النقود هذه تكريمًا لعهدها التاريخي هي بمثابة شكرنا لك ووداعنا للملكة الراحلة على سنوات خدمتها التي لا تتزعزع.”

بينما يمكن الآن شراء عملة فضية فاخرة بقيمة 5 دولارات لعام 2022 – صورة للملكة إليزابيث الثانية ولفافة تغليف خاصة بقيمة دولارين 2022 – يمكن الآن شراء منتجات تكريم الملكة إليزابيث الثانية، ويمكن طلب المنتجات المميزة بعلامة النجمة (*) في القائمة التالية من العملات المعدنية الأخرى في مجموعة الملكة إليزابيث الثانية Reign اعتبارًا من اليوم:

–  عملة بقيمة 20 دولار من الفضة الخالصة لعام 2022 – إحساس بالواجب، حياة خدمة*
–  عملة بلاتينية نقية بقيمة 300 دولار لعام 2022 – عملة الملكة إليزابيث الثانية رويال سايفر*
–  عملة ذهبية نقية بقيمة 200 دولار لعام 2022 – عملة الملكة إليزابيث الثانية رويال سايفر*
–  عملة بقيمة 20 دولار من الفضة الخالصة لعام 2022 – عملة الملكة إليزابيث الثانية رويال سايفر
–  مجموعة العملات المعدنية المصنوعة من الفضة الخالصة 2022 – تكريمًا لحياة غير عادية *
–  إصدار خاص من الدولار الفضي لعام 2022 – تاج إمبراطورية الدولة*
–  عملة بقيمة 50 دولارًا من الفضة الخالصة لعام 2022 – تتويج الملكة إليزابيث الثانية
–  عملة بقيمة 50 دولارًا من الفضة الخالصة لعام 2022 – عهد الملكة إليزابيث الثانية
–  عملة ذهبية نقية بقيمة 250 دولارًا لعام 2022 – تاج إمبراطورية الدولة*
–  عملة بقيمة 20 دولار من الفضة الخالصة لعام 2022 – تاج إمبراطورية الدولة*
–  مجموعة العملات المعدنية غير المتداولة إصدار 2023 لهواة الجمع
–  مجموعة Special Wrap Roll غير المتداولة إصدار لهواة الجمع 2023، و
–  Special Wrap Roll بقيمة 50 سنتًا إصدار لهواة الجمع 2023

وجه كل عملة نقود مزدوج التاريخ 1952-2022، مع تلك التواريخ مفصولة بوردة تيودور. يرافق هذا النقش تراكب لأربعة تماثيل للملكة إليزابيث الثانية ظهرت على العملات المعدنية الكندية منذ عام 1953. باستثناء العملات المعدنية المتداولة الخاصة بـ Special Wrap Roll ، فإن التصميم المقابل حصري لمجموعة Reign للملكة إليزابيث الثانية. التفاصيل الكاملة للمجموعة متوفرة هنا .

عملة بقيمة 5 دولارات من الفضة الخالصة لعام 2022- صورة للملكة إليزابيث الثانية ولفافة تغليف خاصة بقيمة دولارين لعام 2022 – يمكن طلب منتجات تكريم الملكة إليزابيث الثانية مباشرةً من دار سك العملة على الرقم 1871-267-800-1 في كندا، 6468-268-800-1 في الولايات المتحدة أو على www.mint.ca . كما ستكون متاحة في متاجر دار سك العملة الملكية الكندية في أوتاوا ووينيبيغ، وفي منافذ بريد كندا المشاركة، ومن خلال شبكة دار السك العالمية من التجار والموزعين.

تتوفر هنا تفاصيل إضافية عن المجموعة، بما في ذلك جميع تواريخ الإصدار والصور.

نبذة عن دار سكّ العملة الملكية الكندية

دار سك العملة الملكية الكندية هي المؤسسة الرئيسية المسؤولة عن سك وتوزيع العملات المعدنية المتداولة في كندا. وتُعدّ الدار واحدة من أكبر دور سكّ العملات وأكثرها تنوعًا في إنتاج العملات في العالم؛ حيث تُنتج مجموعة متنوعة من العملات المعدنية المميّزة عالية الجودة، كما تقدّم العديد من الخدمات الأخرى ذات الصلة على الصعيد الدولي. لمزيد من المعلومات عن دار سكّ العملة الملكية الكندية ومنتجاتها وخدماتها، يُرجى زيارة موقعها الإلكتروني:   www.mint.ca ‏. أو متابعة حساباتها على  تويتر و  فيسبوك  و  إنستغرام .

للتواصل الإعلامي: أليكس ريفز، كبير مديري إدارة الشؤون العامة، هاتف رقم: 6370-884-613 ، بريد إلكتروني: reeves@mint.ca

شعار:  https://mma.prnewswire.com/media/1989444/Royal_Canadian_Mint_THE_ROYAL_CANADIAN_MINT_ANNOUNCES_NUMISMATIC.jpg

UE/PASACC : Des avancées dans le secteur culturel burundais, malgré les défis

Manque d’appuis financiers, contraintes linguistiques et difficultés d’accès au marché international sont quelques défis auxquels font face des artistes burundais. Le projet européen d’appui au secteur de la culture au Burundi (PASACC-Burundi), financé par l’Union européenne, vient appuyer les artistes à travers des formations, des renforcements de capacités et des bourses de mobilité.

Le projet d’appui sectoriel aux acteurs culturels et créatifs au Burundi (PASACC-Burundi) a pour objectif de valoriser la culture burundaise en professionnalisant les acteurs locaux, en améliorant la qualité des créations et en prodiguant un appui pour placer celles-ci sur le marché.

Financé par l’Union européenne à hauteur de près de 2 millions d’euros, ce projet est mis en œuvre dans les provinces de Bujumbura, Ngozi et Gitega. Il se focalise sur trois axes d’intervention à savoir l’entrepreneuriat culturel et créatif, renforcement des capacités managériales, artistiques, techniques et de diffusion ainsi que l’accès aux marchés créatifs et aux réseaux internationaux.

Pour l’axe entrepreneuriat culturel et créatif, 24 entreprises ont été sélectionnées dans deux groupes : six entreprises dans le programme « scale-up » et 18 entreprises débutantes à travers le programme « start-up ».
« Chacune de ses entreprises doit avoir un accompagnement de 15 mois par la Maison des Entrepreneurs de l’ADISCO (Appui au Développement Intégral et à la Solidarité sur les Collines). Ils ont 15 mois pour la période d’incubation et reçoivent plusieurs formations, coaching, mentorat avec des mentors internationaux pour qu’ils puissent renforcer leurs capacités dans l’entrepreneuriat culturel et créatif », explique Rénovat Havyarimana, coordonnateur du projet PASACC-Burundi.

Selon lui, au moins 48 entrepreneurs culturels, dont deux par entreprise ont été formés en matière entrepreneuriale pour les doter des instruments ou documents qui leur permettent de bien avancer dans leur travail.

« Concernant le renforcement des capacités managériales, artistiques et techniques, 225 jeunes artistes et opérateurs culturels ont bénéficié de 22 formations. Chacun a fait au moins deux ou trois formations », indique toujours Rénovat Havyarimana.

Selon lui, ces artistes et opérateurs culturels ont suivi des formations en technique de sonorisation, de production et de mixage. Des slameurs ont été formés sur le slam, la production des films documentaires et des séries TV. D’après lui, il y a eu aussi des formations en gestion de carrière artistiques, en administration culturelle et en droit de propriété intellectuelle.

Concernant les bourses de mobilité, des artistes et opérateurs burundais ont participé dans des évènements culturels internationaux de grande envergure avec l’appui de PASACC-Burundi.

Selon le coordonnateur de ce projet, 6 artistes opérant dans le secteur de l’art visuel ont participé dans le biennal artistique Dak’Art en mai 2022 à Dakar, 8 acteurs actifs dans le secteur du théâtre ont aussi participé à une manifestation culturelle Les Récréatrales en octobre 2022 à Ouagadougou. En plus, 12 artistes musiciens et manageurs œuvrant dans l’industrie musicale ont représenté le Burundi dans Visa for Music en novembre dernier à Rabat au Maroc.

Pour lui, ces bourses de mobilité sont des occasions pour les artistes burundais de gagner beaucoup plus d’expérience et d’accroître leur réseautage en cherchant des collaborations avec les praticiens du monde entier.

Des artistes saluent l’appui de PASACC-Burundi

« A travers ce projet, nous avons participé aux formations et au renforcement des capacités pour approfondir nos connaissances dans l’entrepreneuriat culturel et créatif », fait savoir Jean Claude Niyuhire, responsable d’une maison managériale de la troupe Amagaba, un club culturel burundais.

Il se réjouit d’avoir bénéficié d’une bourse de mobilité au Maroc pour rencontrer d’autres artistes du monde entier : « Cette bourse est importante, car on a pu apprendre des expériences des autres artistes internationaux afin de voir comment améliorer notre travail pour que nous puissions vivre de nos œuvres ».

Pour lui, cette bourse a été une occasion d’inviter des artistes internationaux à participer aux festivals organisés au Burundi : « Bientôt, des artistes provenant de différents pays participeront dans des festivals burundais ».

Et d’espérer que la troupe Amagaba ainsi que d’autres groupes culturels burundais seront désormais invités dans différents festivals internationaux grâce à ces bourses de mobilité payés par PASACC-Burundi.

Jean Claude Niyuhire apprécie beaucoup le projet PASACC-Burundi et demande sa prolongation. « Peu ont bénéficié des appuis de ce projet. Il y a encore beaucoup d’artistes burundais qui ont besoin d’appui pour développer leur métier ».

« A travers le projet PASACC-Burundi, j’ai fait beaucoup de formations. J’ai reçu deux certificats dans le domaine événementiel et dans le management des structures culturelles et artistiques. Pour le moment, je sais bien gérer ma maison KuzaMuzik », indique le musicien burundais André Ndabaneze, dit Andy Mwag.

La Chambre sectorielle de l’art et de l’artisanat (CHASAA), apprécie également l’appui du projet PASACC-Burundi. « Nous avons un partenariat avec ce projet. Nos artistes et artisans notamment des musiciens ainsi que ceux qui travaillent dans les services techniques ont soumis leurs projets et ont bénéficié de l’appui de ce projet », fait savoir David Kigongwe, chef d’antenne Bujumbura à la CHASAA.

Selon lui, beaucoup d’artistes ont amélioré leur niveau suite aux appuis de ce projet, ce qui a eu un impact positif à la vie d’un artiste burundais en général : « Le niveau des artistes et artisans burundais continue de s’améliorer. Leurs revenus gagnés de l’art et de la culture augmentent aussi avec le temps ».

Encore des défis à relever

Selon Jean Claude Niyuhire de la troupe Amagaba, peu d’artistes burundais ont une assurance maladie. Il confie que dans les autres pays, des artistes sont affiliés à des mutualités santé, comme les soins médicaux sont souvent difficiles à couvrir : « Certaines mutualités burundaises ont accepté de soutenir les artistes, de baisser les prix pour que les artistes puissent bénéficier de l’assurance-maladie. C’est un défi qu’il faut continuer à relever ».

Il regrette que le Burundi soit souvent absent dans des festivals internationaux. Selon lui, il est difficile pour les artistes burundais d’obtenir des visas pour se rendre à l’étranger et participer dans ces festivals. Et de demander à l’Etat burundais d’intercéder auprès des ambassades accréditées au Burundi.

Pour lui, le Burundi devrait être sur la scène internationale : « Lorsqu’un artiste est invité dans un festival à l’étranger, le pays en tire aussi profit. Dans d’autres pays, des sociétés et entreprises se mobilisent pour soutenir des artistes qui représentent le pays. Cela est rare au Burundi ».

David Kigongwe de CHASAA déplore que certains artistes burundais n’aient pas de visions sur le long terme. Selon lui, certains artistes ne préfèrent pas intégrer les coopératives, ce qui limite leurs marchés d’écoulement et leur potentialité.

« Les artistes et artisans burundais ont une contrainte linguistique. Dans la communauté est africaine (EAC), l’anglais est couramment utilisé. Pour ceux qui ne parlent pas l’anglais, il leur est difficile de négocier avec les clients sur le marché international ». Il demande le projet PASACC-Burundi à organiser des formations en langues étrangères pour les artistes et opérateurs culturels burundais.

Pour le coordonnateur du projet, Rénovat Havyarimana, le secteur culturel a beaucoup de défis. Pour lui, la question linguistique reste toujours un défi pour ceux qui opèrent dans le secteur culturel et artistique : « Il faut que les artistes et les opérateurs culturels trouvent des solutions pour faire face à ce défi ».

Concernant la couverture de tout le pays par PASACC-Burundi, en plus des trois provinces d’intervention, il espère l’extension du projet dans le reste du pays : « Le projet est conditionné par les fonds disponibles. On espère qu’il y aura d’autres initiatives de l’Union européenne et autres bailleurs qui couvriront d’autres provinces. Si on parvient à étendre le projet pour la deuxième phase, on verra si les autres provinces peuvent en bénéficier ».

Que faire pour que l’artiste vive de son métier ?

Pour Andy Mwag de la maison KuzaMuzik, il est facile qu’un artiste burundais vive de son art : « Cela fait 20 ans que je fais de la musique. J’ai commencé par faire des karaokés. J’ai une femme et deux enfants. Je vis de la musique ».

Pour augmenter les revenus, explique-t-il, certains artistes intègrent des labels qui leur font des promotions : « On fait des concerts, on reçoit de l’argent pour subvenir à nos besoins. Nos chaînes YouTube nous aident aussi à gagner de l’argent ».

Il se réjouit que des œuvres artistiques burundais accèdent aux marchés internationaux à travers des plateformes en ligne. Et d’appeler le gouvernement du Burundi à signer des accords avec YouTube : « Cela boosterait la musique burundaise et ferait que nos productions soient connues sur le marché international. Sinon, on risque de sortir publier une chanson qui ne pourra pas être diffusée à l’étranger ».

Andy Mwag dénonce le problème de promotion dans l’industrie musicale burundaise. Pour lui, il est normal que les artistes étrangers soient aimés au Burundi : « On ne peut pas arrêter une bonne musique. Pour la musique burundaise, il faut d’abord qu’il y ait une promotion locale surtout dans les médias ».

Il appelle les musiciens burundais à travailler beaucoup et à améliorer la composition des chansons : « Il faut que les artistes burundais se ressaisissent et revoient leurs compositions pour que leurs chansons aient de l’originalité. Il faut fournir plus d’efforts pour que la musique burundaise occupe une place importante à l’étranger ».

Pour le responsable de la maison managériale de la troupe Amagaba, lorsqu’un artiste n’a pas une maison managériale ou une entreprise qui le soutient, il est très difficile de vivre de son métier. Il interpelle les artistes burundais à travailler ensemble et les entreprises à soutenir le secteur culturel et artistique.
Il recommande les états généraux de la culture et de l’art pour discuter les défis qui s’observent dans ce secteur, comment les relever ainsi que des stratégies pour porter la culture et l’art burundais à la scène internationale.

Pour lui, il faut qu’il soit organisé les états généraux de la culture et l’art pour étudier comment porter la culture et l’art burundais à la scène internationale.

Le projet PASACC-Burundi est étendu sur trois ans. Son but est de préserver le patrimoine culturel du pays par le biais de formations et d’appuis au développement de projets, mais aussi en créant des emplois pour la jeunesse. Il est mené par un consortium d’acteurs belges et burundais dont Menya Media, ADISCO et l’organisation belge Africalia.

Source: IWACU Burundi

Synergie des médias : Incendie du marché central de Bujumbura, 10 ans en ruine, 10 ans de souffrance

Dossier préparé par Iwacu, Jimbere Magazine, Yaga et Burundi-Eco

C’est un dimanche ordinaire, le 27 janvier 2013 mais le destin est déjà scellé : toute la ville de Bujumbura assiste impuissant à l’incendie de son marché central. Le cœur de la capitale est touché de plein fouet, des milliers d’autres saignent, …toujours.

Une fumée noire visible à plusieurs kilomètres à la ronde s’élève dans le ciel de Bujumbura, il s’assombrit vite, un mauvais signe. Une calamité vient de s’abattre sur le pays.
Un cinquième de PIB national vient de partir en fumée, un des piliers de l’économie nationale vient de s’écrouler et le pays peine jusqu’à ce jour à remettre à flot cette infrastructure, une mamelle nourricière des caisses de l’Etat.

Mais entre-temps, par manque de vision, à force d’hésiter entre des promesses mielleuses des plus-offrants et des vendeurs d’illusions et autres spéculateurs, les ruines sont toujours là, altières comme pour se moquer de l’inaction de tout un pays entraînant des pertes énormes au vu des rentrées générées par ce marché central avant l’incendie.

Pour le moment, la nature a repris ses droits, les herbes et les arbres ont poussé, quelques branches sont même visibles au-dessus de la toiture déformée, entamée par la rouille.

Un cauchemar, pour plusieurs commerçants ayant tout perdu, difficile pour eux de se remettre debout, une décennie de douleur. Reprendre tout à zéro n’a pas été facile, très peu réussiront à s’arcbouter, à se relever.

Selon des témoignages des anciens commerçants de l’ex-marché central de Bujumbura, aujourd’hui éparpillés aux quatre coins de la capitale économique, certains collègues complètement ruinés n’auront d’autres choix que de retourner au village, d’autres déprimeront. En une matinée, ils perdent tout.

Le processus de réinstallation de certains commerçants ayant quelques moyens au marché dit Cotebu à Ngagara sera long, la plupart se disent déçus : « Les clients ne se bousculent pas dans ce marché exigu et différents centres commerciaux comme des marchés privés et autres galeries construits après l’incendie du marché central de Bujumbura sont des concurrents de taille ».

Ils appellent le gouvernement de se ressaisir, à se réveiller pour l’intérêt supérieur du pays au vu des taxes et du climat des affaires qu’une telle infrastructure génère : « Il faut se doter d’un grand centre commercial à l’emplacement stratégique de l’ancien marché central ».

Gabriel Rufyiri président de l’Olucome témoigne

Comme d’habitude pour chaque dimanche, je me préparais pour aller à l’église mais soudain j’ai vu une colonne de fumée noire qui s’élevait vers le ciel, j’ai décidé de ne pas y aller parce que j’ai appris que c’était le marché central de Bujumbura qui était en train de brûler.

Je me suis directement rendu au bureau afin d’alerter des gens pouvant aider pour maîtriser ce feu. Et toutes les radios ont travaillé en synergie pour sonner l’alerte et mobiliser des gens afin d’éteindre le feu.

Malheureusement les sapeurs-pompiers appelés à la rescousse ont signalé qu’il n’y avait pas d’eau dans leurs camions-extincteurs. Le gouvernement rwandais a dépêché un hélicoptère bombardier d’eau en renfort pour aider à maîtriser ce feu mais c’était trop tard, vers 11 heures, il n’y avait plus grand-chose à sauver.

Cet aéronef muni d’un réservoir d’eau suspendu a fait plusieurs navettes versant de l’eau sur ce marché submergé par des flammes.
C’était une tragédie.
Selon des experts burundais dont l’économiste Donatien Bihute, les marchandises perdues dans cet incendie du marché central de Bujumbura représentaient 20% du PIB du pays.

Et ce qui est choquant, c’est que cet incendie n’a pas servi de leçon, on n’a rien appris de cette catastrophe. Les ruines du marché sont toujours là, il n’y a pas eu de reconstruction.

Tous ceux qui sont venus présenter des offres pour la construction d’un grand centre commercial à plusieurs niveaux avec des parkings souterrains, sont des spéculateurs.

La dernière en date, c’est l’Association des banques, il y avait quelques propositions mais cela n’a pas encore marché et ce sont des pertes énormes pour un pays comme le Burundi avec sa faible économie.

L’incendie de ce marché a été une catastrophe nationale : principal poumon économique, le marché permettait à tout le pays et ses environs de s’approvisionner en biens et vivres.

Plusieurs personnes ont tout perdu et des milliers d’emplois liés aux différentes activités ont été également perdus.
Selon la Coalition des Syndicats du Burundi (COSYBU), 5.000 commerçants dont 3.500 exerçant des activités connexes dans ce marché et tout autour, ont perdu leurs marchandises et leurs emplois.

Beaucoup d’entre eux sont devenus des malades mentaux et d’autres sont retournés, toute honte bue, à leurs collines d’origine les poches vides suite à cette catastrophe.

Afin de venir au secours des commerçants, le gouvernement a construit un nouveau marché à Ngagara dit Cotebu mais ce marché n’est jamais devenu rentable, il y a 10 ans car étant mal construit. Et c’est au moment où des marchés et autres centres commerciaux des particuliers prospèrent.

C’est désolant de voir que jusqu’aujourd’hui, ce marché central n’est pas encore balayé avec toutes les conséquences néfastes sur l’environnement et sur la santé des personnes œuvrant dans ses environs.

Que de spéculations

Il y a eu certaines sociétés qui ont demandé de le construire dont la probable société Cino-Afrique et l’Association des banques du Burundi mais en vain.
Pour la première société, l’Olucome a appris, avec des preuves à l’appui, qu’elle était une société d’une haute autorité burundaise qui était l’ambassadeur du Burundi en Chine via son épouse chinoise et n’avait pas de moyens financiers suffisants pour accomplir son engagement.

Jusqu’à maintenant, beaucoup de marchés ont été construits et rien n’a été prévu comme allée pour les véhicules anti-incendie et ne disposent même pas des accessoires anti-incendie comme les extincteurs ou des tuyaux d’eau pouvant se déclencher en cas d’incendie. Il faut des véhicules anti-incendie suffisants et toujours prêts à intervenir.

De même, il n’y a aucune politique généralisée pour mobiliser les commerçants à adhérer dans des sociétés d’assurance, quand le marché central a pris feu, très peu de commerçants avaient souscrit à une assurance.
L’Olucome demande au gouvernement du Burundi d’assurer tous les marchés et de sensibiliser les commerçants à adhérer dans des sociétés d’assurance.

Incendie du marché central de Bujumbura : 10 ans après qu’est-ce qui reste ?

Dimanche 27 janvier 2013, une date à marquer d’une pierre noire pour les commerçants qui avaient des stands au marché central de Bujumbura consumé par le feu. Cet incendie a laissé les cœurs de plus de 7.000 commerçants dévastés, meurtris par la perte de tous leurs biens.

Après la construction du marché central de Bujumbura en 1994, sa gestion sera confiée à la Société de Gestion du Marché Central de Bujumbura (SOGEMAC) pour une durée déterminée de 30 ans. Avec plus de 3.000 stands actifs officiels et près de 7.000 commerçants, le marché central s’avère être un des piliers de l’économie nationale. Ce dimanche du 27 janvier 2013, tout bascule, un cauchemar. L’espoir de toute une nation est ravalé.

Contre toute attente, un feu cyclopéen ravage le marché central de Bujumbura. Selon la version officielle, l ’incendie s’est déclaré vers 6 heures et demie au quartier IV dans un stand contenant des habits et du matériel électronique (Télévisions et DVD).

Il va falloir de longues heures avant l’intervention des camions anti-incendie, les sapeurs-pompiers arrivent à 8 heures du matin, soit 2 heures après le départ du premier foyer d’incendie et ce sera un remue-ménage général, ce qui ne facilite pas leur travail.

Malgré les efforts fournis, l’incendie ne sera pas maîtrisé, il s’en suivra des tentatives de sauvetage des quelques biens encore à l’abri des flammes. Le désordre s’installe. A 10 heures et demie, impossibilité de distinguer les commerçants des pilleurs, des cris alarmants, des sirènes retentissent dans tous les coins : la désolation. Les sapeurs-pompiers se tournent vers les immeubles avoisinants le marché central pour éviter que ces derniers ne propagent autour.

Etat des lieux

Après que le Gouvernement se soit engagé à construire un marché provisoire à Ngagara pour remédier à la situation désolante des commerçants qui ont perdu leurs biens au marché central de Bujumbura, il s’est observé un ouf de soulagement.

La plupart des commerçants qui ont pu se relever ont vite déménagé vers d’autres points de commerce de la ville de Bujumbura comme Jabe, Ruvumera, Kamenge et Kwa Siyoni.

Aujourd’hui, l’infrastructure est laissée pour compte tel un monument abandonné. Parmi les vendeuses de fruits et de légumes qui ont perdu l’espace qui leur servait de vente, il y a Madeleine, la quarantaine, elle est inconsolable : « Nous avons demandé à maintes reprises que le Grenier du Burundi soit réaménagé et réouvert pour que nous puissions vaquer à nos occupations dans notre ancien espace de vente mais en vain ».

Ces dernières sont la cible régulière de la police qui leur répète qu’elles n’ont pas le droit de faire du petit commerce autour du marché central. Des fois, elles sont emprisonnées puis relâchées et souvent leurs marchandises sont confisquées mais ces battantes s’obstinent arguant que le peu de marchandises qu’elles essaient d’écouler constituent leur seule source de revenus.

Agnès, une jeune veuve avec 4 enfants à sa charge ne mâche pas les mots : « Plutôt mourir qu’abandonner le lieu qui me procure de quoi nourrir mes enfants. L’Etat devrait réhabiliter le Grenier du Burundi. Là, nous n’aurons plus de problème avec la police ».

Retour sur les promesses du Gouvernement

Depuis l’année 2014, moults engagements du gouvernement ont passés dans des annonces officielles arguant qu’un grand centre commercial pourrait être érigé à la place de l’ex-marché central de Bujumbura. Les choses ne se sont pas passées comme annoncées.

Le marché gagné par la société chinoise Jiangxi Jianglian International Engineering n’a jamais pu se concrétiser. Les motifs de la non-exécution de ce marché n’ont jamais été exprimés à l’endroit de l’opinion publique faisant de ce marché une affaire interne de l’Etat.

Le porte-Parole du Gouvernement Prosper Ntahorwamiye avait fait remarquer qu’aucune offre n’a été réceptionnée dans les délais prévus par les termes de référence et que le gouvernement a décidé de sensibiliser ses partenaires pour les intéresser à ce projet.

Mi 2021 : Le conseil des ministres adopte la feuille de route et le mémorandum d’entente pour la construction d’un centre commercial digne des normes internationales de 5 niveaux avec un parking obligatoire pour 400 à 500 véhicules au sous-sol et en surface, des salles de conférences/concerts et expositions, etc.

La note de requête présentée au Gouvernement par l’Association des Banques et Etablissements Financiers (ABEF) en décembre 2020 avait été analysée et agréée par le conseil des ministres.

Le choix du projet et de la maquette était prévu au mois de novembre 2021. La réception des études y compris les études d’impact environnemental ainsi que le lancement d’appel d’offre pour la construction de ce centre commercial étaient prévus au mois de juin et juillet 2022. Aussi, la pose de la première pierre est prévue au mois d’avril 2023.

L’inauguration de ce centre commercial est prévue au mois d’avril 2026. Nous avons essayé de joindre le représentant de l’ABEF pour nous enquérir de l’état d’avancement du processus en vain.

Source: IWACU Burundi

‫الأولى من نوعها في العالم بتقنية “سول باوند توكن ” تكريماً للجهات المشاركة في جناح حكومة الشارقة في جيتكس

الأصول الرقمية تُحيل الدروع التذكارية إلى التقاعد

الشارقة، دولة الإمارات العربية المتحدة, 26 يناير / كانون الثاني 2023/PRNewswire/ —  كرّمت اللجنة العليا لمشاركة حكومة الشارقة في أسبوع جيتكس للتقنية 2022 الجهات المشاركة والجهات الداعمة والدوائر والمؤسسات الإعلامية.

وسلّم الشيخ سعود بن سلطان القاسمي – رئيس اللجنة العليا لجناح حكومة الشارقة في أسبوع جيتكس للتقنية 2022، مدير مكتب الشارقة الرقمية، الجهات المشاركة والداعمة دروعاً رقمية بتقنية الرموز غير قابلة للاستبدال “إن أف تي” بنظام “سول باوند توكن” وهي الأولى من نوعها في العالم التي تحل مكان الدروع التذكارية التقليدية. The Government of Sharjah presents NFT plaques using SBT technology to recognize their support at GITEX Global 2022, making history as the world's first to implement this technology in honoring their partners

ويعد الدرع رمزاً غير قابلاً للاستبدال ومخزّن في سجل رقمي ويمكن التحقق من هويته عبر سجل تقنية التعاملات الرقمية (بلوك تشين) من خلال رمز الاستجابة السريع. وتوفر تقنية “سول باوند توكن ” التي تعرف باختصار “إس بي تي إس” ( SBTs ) طريقة مثلى لتخزين وتتبع الوثاق باستخدام نظام البلوك تشين.

وقال الشيخ سعود بن سلطان القاسمي: “انطلاقاً من رؤية صاحب السمو الشيخ الدكتور سلطان بن محمد القاسمي عضو المجلس الأعلى حاكم الشارقة بالعمل على التقدم والتطوير بما يخدم النمو المستدام لجميع القطاعات. وبما يتماشى مع التقدم التقني الذي بات من أساسيات حياتنا اليومية، فقد استبدلنا الدروع التذكارية التقليدية بأصول رقمية مستدامة، تكريماً لشركاء النجاح.” 

وحول مشاركة حكومة الشارقة في أسبوع جيتكس للتقنية 2022، قال الشيخ سعود: “قدمنا 15 مشروعاً بارزاً في إطار استراتيجية التحول التقني لإمارة الشارقة. ونظمنا 12 ورشة عمل استضفنا فيها خبراء محليين وعالميين لمناقشة تبني أحدث التقنيات. وبحثنا تطوير جودة الخدمات، مستفيدين من آخر التطورات والتوجهات في عالم التقنية بما في ذلك الميتافيرس، والواقع الافتراضي. ورحبنا معاً بكبار المسؤولين من الدولة وخارجها.”

واختتم الشيخ سعود كلمته قائلاً: “استكشفنا آفاق المستقبل التقني بالتعاون مع جهات وشركات محلية وعالمية من بينها “مايكروسوفت” و”هواوي” و” SAP ” وفتحنا معاً آفاقاً نحو المزيد من التقدم في تكامل الإنسان مع التقنية.” 

وقد شاركت حكومة الشارقة في الحدث التقني الأبرز في العالم بجناح يعكس مستوى التعاون بين الجهات والمؤسسات، ويجسد شعار “معاً لتكامل الانسان مع التقنية”، وتم عرض 15 مشروعاً بارزاً في إطار استراتيجية التحول التقني لإمارة الشارقة، ما يسهم في تعزيز مستوى الخدمات المقدمة للأفراد والمؤسسات ويصب في مصلحة المتعاملين، فضلاً عن توفير بيئة متكاملة داعمة لمختلف القطاعات وخاصة الإبداعية.

تعمل حكومة الشارقة بروح الفريق الواحد لتعزيز  العمل المشترك، وتتبنى نهج لمواصلة التعاون لتقديم أفضل الخدمات، وقد شارك في جناح حكومة الشارقة في جيتكس 2022 كلاً من دائرة التخطيط والمساحة بالشارقة، وأكاديمية العلوم الشرطية بالشارقة وبلدية مدينة الشارقة، وهيئة الشارقة للآثار، وهيئة الإنماء التجاري والسياحي بالشارقة، وبلدية مدينة كلباء، وهيئة مطار الشارقة الدولي، ودائرة المالية المركزية في الشارقة، ومدينة الشارقة للخدمات الإنسانية، ومكتب الشارقة الرقمية.

Reem Masswadeh, reem@tpra.me, +971 (05)0 583 9330 :CONTACT

Video – https://mma.prnewswire.com/media/1990743/Sharjah_Government_GITEX_Global_2022.mp4

Photo – https://mma.prnewswire.com/media/1990745/Sharjah_Government_GITEX_Global_2022.jpg

Sungrow Signs Distribution Agreement in the Kingdom of Saudi Arabia with Al-Babtain LeBlanc

ABU DHABI, UAE, Jan. 27, 2023 /PRNewswire/ — Sungrow, the global leading inverter and energy storage system solution supplier, signed a strategic distribution agreement for PV inverter solutions with the reputed Al-Babtain Leblanc, further facilitating Saudi Vision 2030 ambitions to accelerate the energy transition and achieve sustainability goals, proven their level of commitment with the region.

Sungrow Signs Distribution Agreement in the Kingdom of Saudi Arabia with Al-Babtain LeBlanc

The distribution agreement plays a vital role in positioning Al-Babtain LeBlanc as the “partner of choice” for the KSA market as a new distributor in the country for residential, commercial, and industrial solar energy products.

In line with its vision to develop a sustainable environment for a greener tomorrow, Al-Babtain LeBlanc, through innovative, energy-efficient, eco-friendly, and reliable quality serves to the best their valued customers in KSA. Together with Sungrow, Al-Babtain LeBlanc will meet a wide range of distributed applications with a comprehensive product portfolio covering commercial and industrial, residential, and hybrid market needs.

Commenting on the agreement, Mr. Saleh Al Bedaiwi, General Manager at Al-Babtain LeBlanc said, “Sungrow has profound and sustained research and high level of localization on the distributed market in the Middle East. The signing of the strategic distribution agreement with Sungrow will further deepen our cooperation relationship, it is hoped that we can cooperatively expand the distribution PV market of KSA and accelerate the local energy transition.”

Mr. Alvin Shi, Managing Director of Sungrow MENA, said, “We appreciate Al-Babtain LeBlanc’s  support and trust.  Sungrow always attaches great importance to the development of clean energy in MENA region, KSA takes prominent part. And we have been deeply cultivating in KSA market with advanced products, attentive service and professional local team. Together with Al-Babtain LeBlanc, we are looking forward to jointly shaping a greener KSA in the near future.”

About Sungrow

Sungrow Power Supply Co., Ltd. (“Sungrow”) is the world’s most bankable inverter brand with over 269GW installed worldwide as of June 2022. Founded in 1997 by Professor Cao Renxian, Sungrow is a leader in the research and development of solar inverters with the largest dedicated R&D team in the industry and a broad product portfolio offering PV inverter solutions and energy storage systems for utility-scale, commercial & industrial, and residential applications, as well as internationally recognized floating PV plant solutions, NEV driving solutions, EV charging station solutions and renewable hydrogen production systems. With a strong 25-year track record in the PV space, Sungrow products power over 150 countries worldwide. Learn more about Sungrow by visiting www.sungrowpower.com.

About Al-Babtain LeBlanc

For the past 30 years, Al-Babtain LeBlanc has provided highly developed communication infrastructure systems across the MENA region. Today, the company has the scale and agility to offer our clients a total solution across the sectors of communication, infrastructure, renewable energy, security, mobility, power, building, sports, marine, and more with a well-earned reputation in the industry. Al-Babtain LeBlanc included the solar solutions to its portfolio as an expansion strategy in line with Saudi Arabia’s vision 2030 for renewable energy and sustainability. Our trusted reputation revolves around industry knowledge, experience and state of the art facilities that yield top-notch quality for our clients. Learn more about Al-Babtain LeBlanc by visiting www.abltel.com.

Logo

Photo – https://mma.prnewswire.com/media/1990919/Sungrow_Signs_Distribution_Agreement_in_the_Kingdom_of_Saudi_Arabia_with_Al_Babtain_LeBlanc.jpg

Logo – https://mma.prnewswire.com/media/1344575/Logo.jpg