‫مهرجان تنوين لمؤسسة إثراء يعود لعامه الخامس ويستكشف القوة الإبداعية للتعاون 

الظهران، المملكة العربية السعودية، 15 تشرين الأول/أكتوبر 2022 / PRNewswire / – أعلن مركز الملك عبد العزيز للثقافة العالمية (إثراء) عن إطلاق الإصدار الخامس من مهرجان تنوين، وهو مهرجان موسمي سنوي للمركز مخصص للإبداع، بدعوة المبدعين والمهنيين والطلاب الفضوليين، وغير ذلك، لاستكشاف الإبداع والابتكار تحت شعار “تعاون لتوجد”، الذي ستشارك فيه مجموعة عالمية مثيرة في الفترة من 27 تشرين الأول/أكتوبر – 12 تشرين الثاني/نوفمبر 2022.

Ithra’s Tanween festival returns for a 5th year and explores the creative power of collaboration

 ويتضمن هذا الإصدار من المهرجان 26 متحدثًا، و 7 ورش عمل، و 5 دروس رئيسية، و 18 محادثة وجلسة، ومركز تنوين الذي يتضمن 4 محطات خبرة عملية، و 3 تركيبات، و 5 تجارب غامرة، وعرضا للخريجين، وجلسات استشارية فردية للمهنيين الطموحين و 5 من مشاريع تحدي تنوين لهذا العام.  المتحدثون الرئيسيون هم المؤسس المشارك لشركة إلكترونيك آرتس، ديف إيفانز، وأستاذ التصميم في جامعة ستانفورد، بيل بورنيت، والأب المؤسس للصناعة الإبداعية السعودية، وكسورا الخطيب، المؤسسة المشاركة لشركة ريبوك، وفضائي الصوت ريبس وان، والمهندسة الحضرية الخضراء هدى الشكعة، والمهندس المعماري المخضرم للهواء ألان باركنسون.   ومن أبرز المشاركين في المهرجان أيضاً: الأميرة نورة الفيصل، داعية التصميم السعودية الرائدة، المصمم التعاوني للعلامة التجارية رامي عفيفي، وأسطورة الرسوم الحائطية كارلوس ماري، ومعالج المواد المعمارية ماركوس فار، ومساهمات الشركاء بما في ذلك أكاديمية ورقمنة المسرح بدعم من معهد غوته، كما والفنان ارني هندريكس المدعوم من سفارة هولندا.

تحت مظلة “التعاون”، يتناول مهرجان تنوين 2022 الحاجة إلى عملية تعاونية إبداعية للثقافات، مع الطبيعة، من خلال التكنولوجيا والمجتمع.  يستكشف مسار “عمل الإبداع” طرقًا جديدة للتعاون الإبداعي من خلال عمليات الانتقال المبتكرة للعلامة التجارية، بينما يغوص مسار “التصميم والاتصالات” عميقا في من يتعاونون ومع من لتضخيم والوصول عبر الثقافات والجماهير.  يستهدف المسار الثالث المهندسين المعماريين والمصممين الذين يبنون الجيل القادم من المساحات والمنتجات.

كما سيتم عرض أفضل المشاريع في مسابقات تنوين، المصممة لإنتاج حلول عملية لقضايا العالم الحقيقي مع تعزيز التفكير التصميمي والابتكار، إلى جانب “معرض غراد” لتنوين الذي يضم بعضًا من أفضل المواهب التصميمية الشابة في دول مجلس التعاون الخليجي.

وقالت نورا الزامل، رئيسة البرامج في إثراء: “تم تصميم تنوين للاحتفال واستكشاف وإلهام العملية الإبداعية من خلال التواصل.”  “نحن متحمسون للعودة هذا العام بموضوع يبرز أهمية التعاون:   يتطلب التعاون القدرة على التبصر والتفكير والتعاون في السعي لتحقيق مساع إبداعية جديدة.”

منذ إنشائه، استقبل مرجان تنوين ما يقرب من 200000 زائر.   للحصول على معلومات حول برامج إثراء وتنوين الحالية، يرجى زيارة   www.ithra.com .

للتواصل: نور الدجاني، nour.aldajani@aramco.com ، نورا الحارثي ، دميا عبدي ، هديل عيسى hadeel.eisa@aramco.com

الصورة –  https://mma.prnewswire.com/media/1920858/Ithra_Tanween_2022.jpg

‫Centurion Invest تؤمن صفقة حصة كبرى بالشراكة مع محسن بيرق رئيس مجلس إدارة مجموعة AB القابضة.

دبي، الإمارات العربية المتحدة، 15 أكتوبر 2022 / PRNewswire / — يسر Centurion Invest أن تعلن عن شراكة استراتيجية مع محسن بيرق، قطب العقارات الملياردير، وهو فاعل خير معروف، ومن خلال شركته القابضة ومجموعته الاستثمارية، ستدير قريبًا بورصة العملات الرقمية رقم 1 في المنطقة. تعاونت مجموعة AB القابضة في تركيا مع شركة Centurion & Co Dubai المدعومة من مكتب عائلي إماراتي لتمكين بورصة أسهم AB في صفقة بملايين الدولارات. 

Mr Muhsin Bayrak & Mr Ali Kassab at Bodrum Press conference 2022 for ABC Exchange Launch turkey

استحوذت Centurion على حصة الأغلبية في ABStocks وهي بورصة تركية منظمة وهي جزء من مجموعة AB القابضة. ستوفر هذه الشراكة صندوقًا جديدًا للابتكار بقيمة 40 مليون دولار، لمشروع قائم على التكنولوجيا في منطقة بودروم لتوسيع Centurion Invest إلى هذه المنطقة التي تشهد زيادة في اعتماد العملة المشفرة والاهتمام بها. ستقدم Centurion للمجتمع التركي منتجات حصرية مصممة خصيصًا من خلال خطط مجمعات السيولة الخاصة بها، وبطاقة CIX Crypto Visa وبرامج الرهان، بالإضافة إلى عروض الشركاء والإحالة.

سيتم تمكين البورصة التي تم تغيير علامتها التجارية من خلال استثمار قدره 40 مليون دولار على مدى السنوات ال 3 المقبلة مع إدارة جديدة ورؤية جديدة واضحة المعالم، مع احتساب الزيادة في تداول الأزواج لتصل إلى حوالي 300.

ستصبح أسهم AB بورصة ABC ، وهي شركة Centurion . ستقدم الشراكة التعاونية مشاريع وفرصًا جديدة مع شريك Centurion المرموق: ABG Token. من المقرر أن تصبح ABG Token رمزًا للتطوير العقاري والاستثمار لتمكين مشاريع مبتكرة وذكية وصديقة للبيئة والعافية في أوروبا والشرق الأوسط وأفريقيا، بما في ذلك التفرد للاستثمار في ABGMeta أول Metaverse تركي.

$ CIX ، الرمز المميز الأصلي لشركة Centurion Invest ويدعم النظام البيئي لهذا الاستحواذ الذي سيوسع فائدته لتشمل العقارات و 84 مليون مستخدم جديد. في الواقع، سيحصل حاملو $ CIX على مزايا إضافية عند شراء العقارات في أي من مشاريع مجموعة AB ، على سبيل المثال لا الحصر، خصومات تصل إلى 10%. وعلاوة على ذلك، سيعزز $ CIX مكانة الرمز المميز لمجموعة البركة المصرفية وتطورات المجموعة العقارية التابعة لشريكنا كرمز مميز حصري لمرافق الدفع، مع حالات استخدام متعددة تشمل الإيجار وإدارة المرافق والاستثمار والمزيد.

سيعقد مؤتمر صحفي في واحدة من أرقى أنماط الحياة في مجموعة AB في بودروم، تركيا في 8 أكتوبر 2022 للإعلان للصحافة الدولية ووسائل الإعلام المحلية والقادة عن خارطة الطريق الواعدة لهذه الشراكة المثيرة.

وسيشارك عدد من الضيوف الحصريين المختارين في هذا الحدث يوم 8 أكتوبر، في مدينة بودروم حيث سيكون الثلاثة إعلانات رئيسية.

 ستستضيف المجموعة حفل إطلاق فاخر لتقدم لوسائل الإعلام التركية والعالمية خطط ورؤية الشراكة المستقبلية، بما في ذلك:

·   الإطلاق المباشر ل ABG Token ، على Centurioninvest.com Exchange ، مما يجعل ABG Token متاحًا للجميع في جميع أنحاء العالم

·   الإعلان الرسمي عن ABC Exchange على الهواء مباشرة.

·  إطلاق بطاقة CIX Crypto Visa المدعومة من CIX

للتواصل: contact@centurioninvest.com, +33 1 76 43 03 65 

الصورة –  https://mma.prnewswire.com/media/1920646/Centurion_Invest_Bodrum.jpg

61e anniversaire de l’assassinat de Rwagasore : Appel à promouvoir l’unité et éviter le mal

Les Burundais ont commémoré, ce 13 octobre, le 61e anniversaire de l’assassinant du Prince Louis Rwagasore, le héros de l’indépendance. Une occasion d’appeler les dirigeants à éviter la discrimination et à promouvoir l’unité.

Les cérémonies ont commencé avec une messe de circonstance à la cathédrale Regina Mundi en mairie de Bujumbura. Dans son homélie, l’Archevêque de Bujumbura Gervais Banshimiyubusa a rendu hommage au Prince Louis Rwagasore : « Il cherchait la dignité de la population et n’était pas égoïste. Dieu lui avait donné un talent de voir ce qui est nécessaire. Il concertait les autres pour construire des projets pour le bien-être de la population ».

Et de saluer son initiative de former des coopératives pour aider la population à surmonter la pauvreté : « Il ne donnait pas des dons et des cadeaux à la population. Il voulait plutôt que la population soit éduqué sur l’auto-développement ».

Selon lui, l’objectif de Dieu est que tout le monde soit uni : « Il faut savoir que les autres ont la même dignité et éviter de les discriminer. Cela est un bon moyen de prévenir l’esprit mauvais de chercher à s’entretuer, à éliminer les autres ».

En présence du couple présidentiel, ce prélat a fustigé ceux qui cherchent à éliminer les autres pour leurs intérêts personnels : « Si Jésus vient aujourd’hui, est-ce qu’il ne verrait pas ceux qui commettent les mêmes crimes qu’à l’époque de Rwagasore ? Est-ce qu’il n’y a pas ceux qui sont comme Rwagasore que nous continuons de torturer, de discriminer ou encore d’éliminer, peut-être parce que nous ne comprenons pas leurs visions, en se disant que nous sommes en train d’éliminer les obstacles pour passer ? ».

En outre, il a rappelé que le non accomplissement de son devoir pour sauver les autres est aussi un péché. Pour les dirigeants, insiste-t-il, ne pas exercer son devoir est une déception à la population.

Après la messe, les festivités se sont poursuivies au mausolée du Prince Louis Rwagasore sis à Vugizo dans la zone urbaine de Rohero. Etaient présents le couple présidentiel, le vice-président de la République, le Premier ministre, les présidents des deux chambres du Parlement, le corps diplomatique et consulaires, les représentants des partis politiques, etc.

Les gerbes de fleurs y ont été déposées avant d’écouter le discours de Rwagasore après la victoire de l’Uprona en 1961.

« Nous sommes en train de rassembler les Badasigana »

« Rwagasore était le partisan de la paix et du progrès national. Avant sa mort, il sensibilisait la population à travailler dans les coopératives », a indiqué Olivier Nkurunziza, président du parti Union pour le progrès national (UPRONA), fondé par le héros de l’indépendance.

Et d’appeler les Burundais à travailler, à se regrouper dans des coopératives et autres projets pour se développer. Pour lui, cela sera le soutien total à l’indépendance politique.

En ce qui est des divisions au sein du parti Uprona, elle rassure que sa direction travaille toujours pour la réunification des Badasigana : « Le parti Uprona a connu des crises. Aujourd’hui, nous sommes en train de se reconstituer, de rassembler les Badasigana. Nous sommes en train de sensibiliser les nouveaux membres et de recruter ceux qui ont quitté le rang du parti ».

Source: IWACU Burundi

Au coin du feu avec Me Jean Samandari

Dans le Burundi traditionnel, le soir, au coin du feu, la famille réunie discutait librement. Tout le monde avait droit à la parole et chacun laissait parler son cœur. C’était l’heure des grandes et des petites histoires. Des vérités subtiles ou crues. L’occasion pour les anciens d’enseigner, l’air de rien, la sagesse ancestrale. Mais au coin du feu, les jeunes s’interrogeaient, contestaient, car tout le monde avait droit à la parole. Désormais, toutes les semaines, Iwacu renoue avec la tradition et transmettra, sans filtre, la parole longue ou lapidaire reçue au coin du feu. Cette semaine, au coin du feu, Me Jean Samandari.

Votre qualité principale ?

La sincérité, la responsabilité, la serviabilité, la modestie. Je suis prêt à écouter les autres.

Votre défaut principal ?

Je suis jaloux et trop ambitieux.

La qualité que vous préférez chez les autres ?

Le fait de ne pas dépendre des autres. J’aime chez les autres l’honnêteté, la franchise et la confiance.

Le défaut que vous ne tolérez pas chez les autres ?

Je ne tolère pas l’égoïsme et le mensonge.

La femme que vous admirez le plus ?

Une femme honnête, sociable, intelligente, sympathique, généreuse, fidèle, avec du charme et romantique. Celle-là c’est mon épouse.

L’Homme que vous admirez le plus ?

J’aime un homme intelligent, sociable, responsable et sincère.

Votre plus beau souvenir ?

C’est le premier jour quand je suis allé à l’école. J’ai rencontré un enseignant qui m’a beaucoup aimé. Il a été attiré par mon nom « Samandari » me disant que c’est un nom très sympathique. Il m’a même autorisé à porter un pantalon au moment où les autres portaient des culottes.

Votre triste souvenir ?

C’est la crise de 1993. J’étais à l’Université du Burundi et j’ai beaucoup souffert. Au moment où le pays venait de retrouver la chance d’être dirigé par un président démocratiquement élu, avec son assassinat, tout a basculé vers le pire.

Votre plus grand malheur ?

C’est de manquer de quoi mettre sous la dent. Heureusement que je me bats encore.

La plus belle date de l’histoire burundaise ?

C’est le 1er juillet 1962, le jour de l’indépendance du Burundi. Le jour où le Burundi s’est délié de la colonisation.

La plus terrible ?

C’est le 21 octobre 1993 avec l’assassinat du président Melchior Ndadaye. Le pays a sombré dans les ténèbres.

Le métier que vous auriez aimé faire ? Et pourquoi ?

Je l’ai déjà été. C’est le métier d’enseignant. Je l’ai aimé dès mon enfance. Pendant les vacances, j’enseignais les autres. A un moment donné, j’ai embrassé la politique. Après, j’aurais aimé continuer mon métier mais quand j’ai voulu le réintégrer, le ministère de l’Education m’a bloqué.

Votre passe-temps préféré ?

J’aime rendre visite aux amis.

Votre lieu préféré au Burundi ?

C’est la région de l’Imbo. Je n’ai quitté la ville de Bujumbura que quand j’étais étudiant. Avant, je n’avais jamais foulé le sol de l’intérieur du pays.

Le pays où vous aimeriez vivre ?

J’ai déjà visité beaucoup de pays africains et asiatiques. Mais je n’ai pas encore visité l’Europe. Mais le meilleur pays, c’est le Burundi.

Le voyage que vous aimeriez faire ?

J’aimerais visiter l’Europe.

Votre lieu de naissance est sous menace des changements climatiques. Les inondations ont poussé quelques habitants à vider le lieu. Votre commentaire?

En partie, la menace est venue de la population. Une certaine indiscipline de la part de cette dernière. D’abord, on a démoli la digue qui barrait la Rusizi. Les habitants ne peuvent qu’en subir les conséquences.

Ensuite, en construisant le pont sur la Rusizi, on avait installé des rochers sur les berges pour que lorsque l’eau frapperait ces rochers elle reflue vers la rivière. Mais la population a volé ces rochers. Plus de protection, quand l’eau monte, elle envahit directement les habitations.

Enfin, la population a construit jusque dans des endroits marécageux. L’administration à la base en est responsable pour avoir attribué ces parcelles.

Que faire ?

Nous demandons au gouvernement de délocaliser les habitants menacés. Il faut restaurer la digue et faire le curage de la rivière.

Votre rêve de bonheur ?

C’est la confiance en soi.

Votre plat préféré ?

Du foufou accompagné de poisson.

Votre chanson préférée ?

Je suis pentecôtiste. Je préfère les chansons religieuses, surtout les cantiques.

Quelle radio écoutez-vous ?

A l’échelle nationale, j’écoute souvent la radiotélévision Isanganiro. Et à l’échelle internationale, j’écoute RFI, BBC et VOA.

Avez-vous une devise ?

Vouloir, c’est pouvoir.

Votre souvenir du 1er juin 1993 ?

C’est la victoire de la démocratie. Une grande joie des militants du parti Sahwanya-Frodebu car ce dernier venait de remporter haut la main les élections.

Vous avez siégé à l’hémicycle de Kigobe en tant que député. Quel souvenir ?

J’ai fait 7 ans à l’Assemblée nationale sous les couleurs du parti Sahwanya- Frodebu. Ce que j’ai gardé, c’est que nous avons œuvré pour restaurer la paix. C’était une période difficile, mais nous avons tout fait pour ramener la paix. L’Accord d’Arusha a été signé. Les accords de cessez-le feu ont été signés. Grâce aux efforts des parlementaires, les mouvements armés ont regagné le bercail. Nous en sommes fiers car notre contribution a produit des effets positifs.

Votre définition de la démocratie ?

D’abord, elle se démarque de la monarchie, de l’aristocratie et de la dictature. Comme le disait Abraham Lincoln, la démocratie est un gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. Cela veut dire que le pouvoir vient du peuple, exercé par le même peuple pour ses propres intérêts.

Il y a des principes démocratiques qui doivent être observés liés à la liberté fondamentale, les droits fondamentaux, les élections libres et transparentes, l’Etat de droit et la séparation des pouvoirs, la liberté d’opinion et d’expression, notamment le pluralisme des médias.

Votre définition de la justice ?

C’est le fait de corriger l’inégalité, de punir les fautifs en appliquant la loi.

Vous avez exercé dans le domaine de l’éducation. Actuellement, quelle évaluation faites-vous du système éducatif burundais ?

En tant que représentant légal de la Coalition-éducation pour tous « Bafashebige » (aide-les à étudier) qui intervient dans le domaine de l’éducation, nous notons quelques points positifs. Il s’agit d’abord de la gratuité de la scolarité à l’école primaire. Ensuite, le Burundi alloue au ministère de l’Education plus de 20% du budget national, un montant allant dans le souhait de l’Unesco et d’autres organisations internationales œuvrant dans ce secteur.

Quid des défis ?

Ils sont nombreux, notamment l’insuffisance du matériel didactique, des classes pléthoriques, le manque d’enseignants qualifiés, un encadrement scolaire qui laisse à désirer, un taux élevé d’abandons scolaires, suite aux conditions de vie précaires dans les familles et les difficultés dans l’école fondamentale et post-fondamentale.

Avez-vous des regrets par rapport à ce secteur ?

C’est la régression du niveau des apprenants. Et c’est terrible pour l’avenir de nos enfants et du pays étant donné que l’éducation est le pilier du développement.

Qu’est-ce qui vous a poussé à embrasser la profession d’avocat ?

Ne pouvant pas réintégrer le ministère de l’Education, j’ai jugé utile de m’orienter dans d’autres professions qui sont libérales, notamment celle d’avocat. J’ai alors étudié le droit.

En tant qu’avocat, quel dossier vous a le plus marqué ?

J’ai prêté serment le 15 juillet 2016 et dès lors j’exerce en tant qu’avocat auprès du barreau de Gitega. Le dossier qui m’a le plus marqué est celui que j’avais dans un tribunal en rapport avec le divorce. J’ai été contraint de l’abandonner, suite à une pression extérieure.

Ma cliente était une femme qu’on venait de maltraiter. Dans le dossier, il y avait de l’injustice. A un moment donné j’ai eu des appels, des émissaires qui me demandaient d’abandonner le dossier, de choisir entre la vie et la mort.

Finalement, j’ai choisi la vie et j’ai cessé de plaider dans ce dossier. J’ai été tellement touché d’autant plus que j’avais vraiment de la matière pour plaider, mais j’ai été contraint d’abandonner ce dossier.

Des conseils aux magistrats ?

Ce sont des partenaires. Je leur dis de juger en âme et conscience conformément à la loi.

Vous appartenez à plusieurs organisations tant nationales qu’internationales, quid du management de votre temps ?

Ce n’est pas facile. Mais on aménage le temps pour éviter qu’il y ait des conflits d’agenda. J’essaie de m’organiser et d’être créatif.

Croyez-vous à la bonté humaine ?

Oui, j’y crois. Tout chrétien est appelé à être honnête, sincère et à demander et accorder le pardon. Nous sommes des pécheurs et nous devons nous incliner pour demander pardon.

Pensez-vous à la mort ?

Absolument. Personne n’y échappera.

Si vous comparaissez devant Dieu, que lui direz-vous ?

Je vais demander pardon. Après le pardon, je vais regagner la place qu’il m’aura réservée.

Propos recueillis par Félix Haburiyakira

Source: IWACU Burundi

Force régionale de l’EAC : un contingent burundais au Sud-Kivu pour traquer les groupes armés

Depuis ce lundi 15 août, un contingent des forces de défense nationale du Burundi est entré officiellement en RDC dans la zone de responsabilité du Secteur opérationnel Sukola II sud, au Sud-Kivu. Une déclaration faite par Lt Marc Elongo, porte-parole des opérations Sukola II de l’armée nationale congolaise.

Il y a quelques semaines, le ministère burundais de la défense a fait une annonce : un contingent était prêt à 90% pour intervenir au compte de la force régionale de l’EAC.

Selon le Lt Marc Elongo, ce contingent burundais actuellement cantonné au centre d’instruction de Luberizi, dans le territoire d’Uvira, sont venus dans le cadre de la mutualisation des forces prônées par les chefs d’Etat de l’EAC, la Communauté Est Africaine.

« Cette Task Force sous le commandement des FARDC a pour mission de traquer tous les groupes armés tant étrangers que locaux afin de restaurer la paix promis par le commandant suprême des forces armées de la RDC, Félix Tshisekedi », a-t-il fait savoir.

D’après lui, le Commandant du Secteur opérationnel Sukola II Sud, au Sud-Kivu, le Général Ramazani Fundi appelle la population au calme et à collaborer d’une manière franche avec les forces loyalistes afin de mettre un terme à l’activisme des forces irrégulières.

Lors de leur sommet tenu à Nairobi le 21 avril dernier, les chefs d’Etat des pays membres de l’EAC ont exprimé leur volonté de mettre en place une force régionale à déployer à l’est RDC pour combattre les forces négatives pullulant dans cette région.

Selon des sources dignes de foi, les forêts de Fizi, d’Uvira et de Mwenga au Sud-Kivu, à l’Est de la RDC, hébergent plus de 80 groupes armés locaux et étrangers. Parmi ces groupes, le groupe armé burundais, le Red-Tabara.

Plusieurs associations de la société civile congolaise avait signalaient une présence des forces burundaises depuis des mois, Kinshasa et Gitega avaient toujours nié ces informations.

Source: IWACU Burundi

Connecter aujourd’hui et demain : SIMCom Milestone ! 20 ans d’innovation, de croissance et de développement.

SHANGHAI, 15 octobre 2022 /PRNewswire/ — Les deux dernières décennies ont été le témoin de l’évolution la plus rapide des technologies de communication sans fil qui ont remodelé la société moderne. SIMCom, un fournisseur mondial de modules et de solutions de communication sans fil, est constamment un pionnier dominant dans l’industrie depuis 2002. Au cours des vingt dernières années, SIMCom a mené le changement avec ses produits compétitifs via une optimisation continue basée sur les demandes des marchés verticaux. Selon le rapport d’ABI Research, SIMCom avait mené le monde dans les expéditions de modules de communication sans fil pendant quatre années consécutives de 2015 à 2018. Depuis lors, SIMCom est resté l’un des principaux fournisseurs de modules sans fil dans le monde.

SIMCom has developed a diversified product roadmap including 2G,3G,4G,5G,LPWA,GNSS modules, automotive modules and smart modules covering various vertical IoT segments.

En tant que pionnier de l’industrie des modules cellulaires en Chine, les capacités de R&D ciblées de SIMCom constituent le facteur central donnant l’impulsion au voyage de SIMCom vers la mondialisation. Soutenu par son accumulation technologique de deux décennies, SIMCom fournit une connectivité sans fil avec une stabilité et une fiabilité extraordinaires livrées dans des milliers de cas d’applications commerciales.

Pour répondre aux besoins des applications IoT en constante augmentation et au développement rapide des technologies de communication sans fil, SIMCom a développé une feuille de route de produits diversifiés comprenant des modules 2G, 3G, 4G, 5G, LPWA, GNSS, automobiles et intelligents. Les modules SIMCom couvrent divers segments verticaux IoT tels que l’énergie intelligente, l’automobile intelligente, le paiement intelligent, la télésanté, la surveillance de la sécurité, la ville intelligente, la télématique, l’industrie intelligente et l’agriculture intelligente.

SIMCom a développé un solide réseau de service qui a été mis en place via les efforts conjoints d’équipes d’assistance en ligne et locales réparties sur les six continents. Grâce à d’importants investissements dans les équipements et les professionnels. SIMCom a mis en place un centre de R&D 5G de haute technologie à Chongqing, le centre technologique du sud-ouest de la Chine, qui a acquis une indépendance dans le développement de produits sans fil avancés.

Le succès de SIMCom ne s’est pas seulement développé grâce à ses avantages technologiques, mais aussi grâce à son système de gestion éprouvé. Le processus rigoureux de contrôle de la qualité assure chaque étape de la production, y compris la R&D, la chaîne d’approvisionnement, la fabrication, les services après-vente et l’amélioration continue pour répondre aux normes industrielles. Parallèlement, des services complets sont fournis aux clients en termes de certifications réglementaires et MNO mondiales, de conseils techniques et d’assistance tout au long du cycle de vie des produits. La philosophie commerciale orientée vers le client a fait de SIMCom le partenaire idéal de plus de 10 000 clients dans 180 pays et régions du monde.

Nous entrons dans une ère de connectivité intelligente alimentée par la 5G et l’IA. De manière plus fiable, tout sera connecté au cloud. La 5G facilite un réseau omniprésent qui peut répondre à divers besoins de connectivité de l’IoT intelligent, stimulant la transformation numérique dans de multiples industries verticales. Yang Tao, le PDG de SIMCom, a souligné que le cloud et les terminaux sont les deux côtés de la médaille dans le processus de développement de l’IoT. SIMCom augmentera constamment ses investissements dans la 5G et l’AIoT et déploiera une série de produits et de solutions ciblant les applications des plateformes cloud et des terminaux intelligents afin de créer des valeurs d’avenir pour les clients du monde entier. Suivez la Page linkedin de l’entreprise SIMCom pour en savoir plus.

Photo – https://mma.prnewswire.com/media/1920713/01.jpg